AUTO-F1-PRIX-HUN

Crédit : AFP

F1

État des forces : Lewis Hamilton en plein contrôle

Publié | Mis à jour

Principalement marqué par des qualifications chaotiques qui se sont déroulées sous la pluie, le Grand Prix de Formule 1 de Hongrie a été le théâtre d’une nouvelle domination de Lewis Hamilton, qui a accru son avance sur Sebastian Vettel au classement des pilotes.

Le champion du monde compte ainsi sur une priorité de 24 points au sommet. Il y est parvenu notamment en vertu d’une leçon de conduite en conditions de piste humides qu'il a donnée en qualifications. L’Anglais a lui-même qualifié le tout de «ballet», indiquant qu’il prenait tous les virages «sur la pointe des pieds».

S’élançant premier dimanche, il n’a ensuite jamais été inquiété.

Voici donc l’état des forces des pilotes de F1 mis à jour après l’escale hongroise. Pour établir ce classement, les performances des pilotes au cours des trois plus récentes courses sont prises en compte.

1. Lewis Hamilton, Mercedes (1er lors du dernier classement)

Le quadruple champion du monde l’a emporté sans grande opposition en Hongrie, terminant la course avec 17 secondes d’avance sur son dauphin au classement, l’Allemand Sebastian Vettel.

En course, il a profité de l’aide de son coéquipier Valtteri Bottas, bon soldat, qui a bouchonné les deux Ferrari jusqu’à ce que ses pneus ne tiennent plus.

Hamilton a ainsi décroché une deuxième victoire de suite après avoir terminé deuxième devant ses partisans en Angleterre. Des résultats qui le placent en excellente position.

2. Nico Hulkenberg, Renault (5e)

Après des cinquième et sixième places en Grande-Bretagne et en Allemagne, une stratégie conservatrice a coûté cher à Hulkenberg en Hongrie. Il a été l’un des rares pilotes à ne pas chasser les gommes ultratendres, entamant la course avec les tendres avant de passer en médiums.

S’arrêtant plus rapidement que les autres acteurs du milieu de peloton, l’Allemand a été piégé par l’Hungaroring, qui ne donne que très peu d’occasions de doubler.

3. Daniel Ricciardo, Red Bull (ND)

Malgré un contact roue contre roue impressionnant avec la Sauber de Marcus Ericsson quelques instants après le départ, l’Australien a tiré son épingle du jeu.

Qualifié 12e après avoir vu le tête à queue de Lance Stroll gâcher son tour lancé lors de la deuxième séance de qualifications, Ricciardo a glissé 14e après son contact avec Ericsson. Il a ensuite remonté la pente et terminé quatrième, non sans avoir résisté à un très dur deuxième contact avec Valtteri Bottas lors de l’avant-dernier tour.

Frappé par la malchance à répétition depuis quelques courses, Ricciardo ne se laisse pas abattre et rapporte constamment de précieux points pour Red Bull. Lorsqu’il est en mesure de terminer ses courses...

4. Kimi Raikkonen, Ferrari (3e)

Raikkkonen a été le seul pilote au sein du top 10 à privilégier une stratégie à deux arrêts, lui qui s’élançait devant son coéquipier Vettel pour une rare fois cette année.

Après son deuxième arrêt et l’unique ravitaillement de Vettel, Raikkonen a effacé un déficit de près de 22 secondes sur l’Allemand pour se retrouver tout juste derrière lui et attendre sagement le drapeau à damiers derrière lui. Parions que le champion de 2007 a reçu un message de ses patrons pour conserver les positions...

Sans contrat pour la prochaine saison, Raikkonen se donne des arguments pour convaincre Ferrari. Il est monté sur le podium lors des cinq dernières courses.

5. Fernando Alonso, McLaren (10e)

Une bonne stratégie a transformé une 12e place avant la fenêtre d’arrêts aux puits en huitième échelon au classement final pour l’Espagnol.

Retardant son arrêt jusqu’au 40e tour en vertu d’une excellente gestion des pneumatiques, Alonso a profité du fait qu’Esteban Ocon roulait lentement derrière pour construire un écart avec ses adversaires directs, ce qui lui permettait de gagner quatre places par la ligne des puits.

6. Esteban Ocon, Force India (2e)

Ocon, à l’image de son écurie Force India, a connu une fin de semaine pénible près de Budapest. Qualifié 17e et terminant 13e, le Français a animé la course en milieu de peloton en ralentissant ceux qui ont fait un arrêt rapide dans la course.

7. Charles Leclerc, Sauber (8e)

Leclerc a signé le 16e temps en Q1 avant d’abandonner dès le premier tour. Son résultat en Hongrie n’a donc pas été pris en compte pour ce classement. La recrue y conserve une place au soleil en raison de performances magistrales en Autriche et au Royaume-Uni.

8. Kevin Magnussen, Haas (ND)

Après les pilotes des écuries de pointe, seul Pierre Gasly, auteur d’un parcours exceptionnel, a devancé le Danois au classement final.

Les faits saillants de la course de Magnussen sont sans contredit ses dépassements aux dépens de Brendon Hartley et Carlos Sainz fils lors du premier tour.

9. Sebastian Vettel, Ferrari (ND)

Vettel a été le seul pilote parmi les «ténors» à prendre le départ avec des pneus tendres. Il n’a pas été en mesure de profiter de son plus long premier relais pour creuser l’écart avec Hamilton, et un arrêt plutôt lent a permis à Bottas de le devancer.

Le quadruple champion du monde est ensuite resté coincé derrière le Finlandais pendant presque tout le restant de la course, amenuisant peu à peu ses chances de victoires jusqu’à ce qu’elles soient nulles.

Il est tout de même parvenu à prendre l'ascendant sur Bottas en fin de course.

10. Max Verstappen, Red Bull (7e)

Verstappen, tout comme son écurie Red Bull et son coéquipier Ricciardo, a été déjoué par la pluie en qualifications. Il a ainsi pris le départ de la septième position.

Il est malgré tout remonté jusqu’en cinquième position avant qu’un composant de son bloc motopropulseur Renault ne casse, forçant son arrêt en bordure de piste au sixième tour.

Exclu de justesse

Valtteri Bottas, Mercedes

Le Finlandais a calqué la stratégie de Raikkonen lorsque ce dernier s’est arrêté à la fin du 14e tour, mais contrairement à son compatriote, il a tenté d’allonger son second relais, ce qui lui a fait perdre trois places lors des six derniers tours.

Les gommes très usées de Bottas ont d’ailleurs été à l’origine d’accrochages avec Vettel et Ricciardo. Le pilote Mercedes a ensuite été pénalisé après la course pour le deuxième incident.