Crédit : Marc Desrosiers / Agence QMI

Alouettes

Johnny Manziel raterait le prochain match

Publié | Mis à jour

Pour une deuxième journée consécutive, le quart-arrière Johnny Manziel brillait par son absence à l’entraînement des Alouettes de Montréal, mercredi.

Selon Barstool Sports, le pivot n'affrontera «assurément pas» les Eskimos d'Edmonton samedi prochain. Il est présentement soumis au protocole relatif aux commotions cérébrales.

«On ne sait pas encore s’il jouera, a avoué l’entraîneur Mike Sherman après l’entraînement. C’est sûr que s’il ne s’entraîne pas cette semaine, il ne jouera pas.»

Manziel a été frappé solidement lors de la rencontre de samedi dernier contre le Rouge et Noir d’Ottawa. Après avoir discuté avec le personnel médical de l’équipe sur le terrain, il a été convenu qu’il était apte à retourner sur le terrain.

Mardi matin, il a indiqué au personnel médical qu’il ressentait des symptômes d’une commotion cérébrale.

«Des symptômes pouvant être reliés à des médicaments prescrits pour traiter une condition déjà diagnostiquée, a indiqué l’équipe par voie de communiqué. Il a ensuite manqué la séance du jour [mardi] en raison de prises de sang prévues. Après avoir encaissé un plaqué samedi et les effets potentiels associés à sa médicamentation, les Alouettes ont décidé d’imposer à Manziel le protocole de la Ligue canadienne en matière de commotions par mesure préventive. Il sera suivi de manière attentive dans les prochains jours.»

Un cinquième quart partant

En l’absence de Manziel, c’est Antonio Pipkin qui devrait être le pivot partant face aux Eskimos d’Edmonton, samedi. Il s’agirait d’un cinquième quart-arrière partant différent depuis le début de la saison, après Drew Willy, Jeff Matthews, Vernon Adams fils et Manziel. Sans compter Matthew Shiltz, qui a également vu de l’action, mais comme les autres, il est tombé au combat.

«Shiltz n’est pas encore à 100%, a indiqué Sherman. Pipkin a pris la majorité des répétitions hier et aujourd’hui [mardi et mercredi]. Si hier, il a connu des ennuis, il a eu une bonne journée aujourd’hui.»

Le 19 juin dernier, la direction des Moineaux avait choisi de libérer Pipkin. En raison de l’hécatombe à la position de quart-arrière, les Alouettes lui ont donné un coup de fil pour qu’il revienne dans l’entourage de l’équipe.

L’entraîneur des Alouettes a indiqué que la libération de Pipkin s’expliquait par le trop grand nombre de quarts au sein de la formation et non en raison de son talent.

Le principal intéressé s’est fait un peu philosophe sur ce changement radical dans sa situation. «C’est le football, a mentionné Pipkin après l’entraînement. Le football est un sport d’opportunités et il faut être prêt quand on fait appel à nous. Tu dois toujours te préparer comme si tu allais être un partant et être un bon coéquipier. Si j’obtiens le départ, je vais être prêt et si Johnny est là, je vais l’aider.»

Le pivot de 23 ans a participé à une rencontre en 2018 et à une autre en 2017 avec les Alouettes. Le 3 novembre 2017, contre les Tiger-Cats de Hamilton, il avait complété deux de ses neuf passes pour des gains de 14 verges.

Questionné à savoir s’il se souvenait de la dernière fois qu’il avait démarré un match, Pipkin a répondu du tac au tac. «C’était au niveau collégial et nous avions marqué beaucoup de points et remporter la rencontre.»

Il porté les couleurs de l’Université Tiffin en division 2 de la NCAA. Au terme de sa carrière, il est devenu le troisième quart-arrière de l’histoire à obtenir au moins 2000 (2207) verges au sol et plus de 10 000 (11 749) par la voie aérienne.

Du mouvement de personnel

Par ailleurs, l’équipe montréalaise a annoncé les embauches du demi défensif canadien Tevaughn Campbell et du demi défensif international Armageddon Draughn. Pour leur faire de la place dans la formation, la direction a libéré les secondeurs internationaux Anthony Sarao et Kyle Knox.