Crédit : AFP

Cyclisme

Le vélodrome de Bromont aura son toit

Publié | Mis à jour

Après des années de travail, la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC) a obtenu ce qu’elle voulait: un investissement du gouvernement du Québec permettra la réfection du vélodrome de Bromont, qui sera notamment doté d’un toit.

Québec a en effet octroyé 4,5 millions $ au Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) pour moderniser les infrastructures et permettre aux athlètes de haut niveau de s’entraîner pour la première fois dans un vélodrome intérieur au Québec depuis 1989, lorsque les installations olympiques de Montréal ont changé de vocation.

L’argent injecté permettra également de renouveler la piste, qui a atteint sa fin de vie utile. Il faut savoir qu’il s’agit de la même piste qui avait été utilisée lors des Jeux olympiques d’Atlanta, en 1996. Transportée à Bromont par la suite, elle a mal digéré les nombreux hivers.

Les installations intérieures permettront ainsi aux athlètes de la province de s’entraîner durant l’hiver. Il ne s’agit pas d’un luxe, puisque la Coupe du monde et les Championnats du monde sur piste se tiennent entre novembre et avril.

«Avec un vélodrome intérieur, ils pourront s’entraîner sur la piste à longueur d’année, sans devoir s’exiler à l’extérieur du Québec, comme c’est le cas présentement», a expliqué André Michaud, président de la FQSC, dans un communiqué.

Du talent à revendre

De l’avis de ce dernier, un vélodrome couvert permettra aux jeunes athlètes émergents qui font partie de l’équipe nationale de parfaire leur entraînement.

«Le Québec regorge de talent. On le voit notamment en cyclisme sur route, en vélo de montagne et en paracyclisme, où le Québec est le leader incontesté sur la scène nationale. Avec l’arrivée d’un vélodrome intérieur, il ne fait aucun doute que le Québec fera aussi belle figure en cyclisme sur piste, une discipline où nous sommes déjà bien représentés», a-t-il avancé.

«On n’a qu’à penser aux olympiens Hugo Barrette et Kirsti Lay, ou à d’autres athlètes en émergence comme Ariane Bonhomme, Laurie Jussaume, Lauriane Genest, Tristan Guillemette, Thierry Kirouac-Marcassa, Joël Archambault, Patrice St-Louis Pivin et Gabriel Drapeau-Zgoralski», a énuméré Michaud.

C’est par l’entremise du Fonds pour le développement du sport et de l'activité physique que le ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport a fourni cette aide financière.

«Notre gouvernement n'hésite pas à mettre en œuvre diverses actions, depuis plusieurs années déjà, pour donner à chacun le goût de bouger dès le plus jeune âge et tout au long de la vie», a dit le ministre Sébastien Proulx, dans un communiqué.