Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Coupe Rogers 2020

Simona Halep: l’enfant adoptée par Montréal

Publié | Mis à jour

Une victoire en simple et une participation à la finale en double lors de l’édition 2016 de la Coupe Rogers à Montréal, Simona Halep n’avait certainement pas oublié cette semaine folle de juillet.

De retour où elle avait été couronnée championne il y a deux ans, c’est comme si la Roumaine âgée de 26 ans se sentait à la maison à Montréal. Avec une forte communauté roumaine dans la métropole, elle sera encore épaulée par ses nombreux partisans.

«Les gens sont toujours chaleureux, gentils et accueillants ici. J’essaie de puiser dans leur énergie. Avec les gens de ma nationalité, je ne me sens pas trop loin de la maison. Je ne sais pas s’ils m’ont adoptée, mais je me suis toujours bien sentie. La ville sera toujours spéciale pour moi, car j’y ai gagné.»

«En fait, j’ai toujours bien fait au Canada. J’adore l’atmosphère, a poursuivi la meilleure raquette mondiale. La Coupe Rogers est un gros tournoi. Tous les gros noms participent. J’espère que ça ira tout aussi bien cette semaine.»

Figurant au sommet du tableau principal, Halep profitera d’un laissez-passer au premier tour. Elle entrera en action en milieu de semaine. Si la logique est respectée, elle devrait affronter Venus Williams dès le troisième tour.

La crème

Inactive depuis un mois alors qu’elle a subi l’élimination en seizièmes de finale à Wimbledon, la championne de 2016 trouvera rapidement chaussure à son pied sur la surface dure du stade du parc Jarry. Les meilleures raquettes au monde y sont présentes.

«J’ai pris plusieurs pauses depuis ma victoire à Roland-Garros. Après Wimbledon, je n’ai pas joué pendant deux semaines. Je suis de retour à l’entraînement et je me sens en forme. Je vais devoir rapidement gagner en confiance cette semaine, car le niveau de compétition sera élevé.»

Avec les nombreuses têtes d’affiche en action à l’approche des Internationaux des États-Unis, le tournoi montréalais prend des allures de deuxième semaine d’un événement du Grand Chelem.

«Les tours difficiles sont dès le début comme c’est un tournoi plus court qu’un majeur», a certifié l’Espagnole Garbine Muguruza qui avait dû se retirer de la compétition à son dernier passage à Montréal en raison de problèmes de santé. L’an dernier, à Toronto, elle avait atteint les quarts de finale en s’inclinant devant l’éventuelle championne Elina Svitolina.

Avec deux titres en poche en 2018, dont celui à Wimbledon, l’Allemande Angelique Kerber espère continuer sur sa lancée des derniers mois, elle qui compte au moins dix présences en quarts de finale cette saison.

«C’est un tournoi important et difficile puisque les meilleures joueuses sont là. C’est important de retrouver sa constance. Et le tournoi relance la saison de surface dure. Il faut que j’enfile les matchs afin de me préparer pour New York», a laissé savoir la tenante du quatrième rang mondial.

Du bon temps en ville

Comme toujours, les joueuses s’amusent lorsqu’elles débarquent à Montréal. Si ce n’est du temps pour visiter les boutiques, elles fréquentent les restaurants de la métropole.

Du lot, Kerber adore emprunter un BIXI et déambuler dans les rues afin de tout voir. En 2016, elle avait particulièrement adoré sa promenade le long du fleuve.

Attention à ceux qui croiseront la route de Caroline Wozniacki. La Danoise a appris le français au cours des dernières années. Une manière de passer le temps lorsqu’elle était blessée. Elle comprend la langue sans toutefois être en mesure de la parler.

La championne des Internationaux d’Australie n’a toutefois pas osé aller voir le nouveau film de Ricardo Trogi, 1991, quand elle a choisi le film à regarder au cinéma avec son fiancé David Lee, samedi. «Ça me prendrait beaucoup de concentration pour apprécier le moment», a lâché en riant de bon cœur celle qui veut à tout prix visiter le Vieux-Port cette semaine.

Deuxième tête de série, Wozniacki aura amplement le temps d’aller y faire un tour puisqu’elle a également obtenu un laissez-passer au second tour.

Celle-ci s’est dite rétablie d’une blessure à la jambe qui l’avait forcée à se retirer du tournoi à Washington la semaine dernière.