Coupe Rogers 2020

Eugenie Bouchard et Sloane Stephens au deuxième tour en double

Publié | Mis à jour

Qu’elle soit en simple ou en double, une victoire demeure une victoire... au tennis.

Eugenie Bouchard a réussi sa rentrée à Montréal lundi après-midi en remportant, en compagnie de sa partenaire américaine Sloane Stephens, son match d’ouverture au tableau principal du double de la Coupe Rogers face à sa compatriote Gabriela Dabrowski et la Chinoise Yifan Xu.

Opposées à une paire redoutable, classée cinquième tête de série, les gagnantes ont toutefois trimé dur lors de cette rencontre «chaudement» disputée en trois manches de 6-4, 4-6 et 10-6.

Dans la dernière manche, un bris d’égalité, Bouchard et Stephens étaient d’abord menées 4 à 1. Puis à 5 à 2, la Québécoise a relancé les discussions en remportant ses deux services, dont l’un sur un as.

Leurs rivales, ébranlées, n’ont pas pu contenir cette brillante remontée par la suite.

Des acclamations nourries

Malgré sa chute au classement, ses récits controversés sur les réseaux sociaux et son attitude décriée récemment en conférence de presse, Eugenie Bouchard attire encore les foules.

Dès son entrée sur le court, les amateurs, réunis en grand nombre au court Banque Nationale, lui ont d’ailleurs réservé un bel accueil quand elle s’est présentée sur le terrain.

Les tribunes supérieures de cette arène secondaire, dont les sièges ne sont pas réservés, étaient pratiquement bondées, ce qui est rarement le cas à cet endroit et surtout pour une rencontre de double.

Mais, bon, c’est Eugenie.

Peu importe ce que les gens en pensent, elle demeure une tête d’affiche pour son public et un acquis précieux pour le volet féminin de la Coupe Rogers.

«C’est mieux qu’un entraînement...»

Dans une courte rencontre avec les journalistes après son match, Bouchard a motivé sa décision d’ajouter le double à son parcours à Montréal.

«Je joue en double, a-t-elle expliqué, pour disputer plus de matchs. C’est mieux qu’un entraînement et ça permet d’améliorer certaines situations, dont la volée.»

Bouchard signe son premier succès en double cette année, et ce, à sa septième tentative, dont trois (Miami, Indian Wells et les Internationaux d’Australie) alors qu’elle était jumelée à cette même Stephens, qui occupe le troisième rang en simple à la WTA.

«Je la connais depuis l’âge de 11 ou 12 ans, a relaté Bouchard. Je savais à cette époque que Sloane avait le potentiel pour arriver où elle est rendue aujourd’hui. Elle est aussi l’une des rares filles que je côtoie à l’extérieur des courts.

«Je n’ai pas beaucoup d’amies parmi les joueuses du circuit.»

En double, ce n’est pas pareil

Brisée d’entrée au premier jeu du match, Bouchard n’a toutefois jamais perdu le sourire après chaque débat, bon ou mauvais.

Et c’est ça le double. On rate une balle facile et on rit avec sa partenaire. L’environnement est différent.

«On s’amuse sur le terrain et on relaxe», a dit Bouchard.

En double, le contexte n’est effectivement pas le même.

Occupant maintenant le 129e rang mondial (une perte de six positions au nouveau classement de la WTA publié lundi), Bouchard n’a pas voulu dire si cette victoire en double lui enlevait une certaine pression à la veille de son match de simple qui l’opposera cet après-midi à la Belge Elise Mertens.

«Non, c’est juste une bonne préparation, répond-elle. C’est sûr qu’une victoire donne de la confiance, mais la pression est la même.»

Blessée à l’avant-bras

La Belge, 15e raquette mondiale, ne se présente pas à Montréal au meilleur de sa forme.

Samedi, à l’issue de sa demi-finale, qu’elle a perdue en trois manches de 4-6, 6-3 et 6-1 contre la Roumaine Mihaela Buzarnescu à San Jose, elle a avoué avoir ressenti une douleur à l’avant-bras droit qui s’est même propagée jusqu’à l’épaule en fin de rencontre.

Elle a fait venir le soigneur à la troisième manche après avoir été victime d’un deuxième bris de service. Au début de cette manche, elle a notamment commis huit doubles fautes.

Mertens a remporté ses deux affrontements contre la Québécoise, à la Coupe Hopman (6-4 et 6-4) en début d’année en Australie et à Bois-le-Duc, aux Pays-Bas (6-2 et 6-0), en 2016.

«Ce sera un match intéressant, a déclaré Mertens, dimanche avant de se diriger vers Montréal. Elle sera très motivée en jouant à la maison. Elle a réalisé de belles performances dans le passé, alors j’ai bien hâte de voir comment ce match va se dérouler.»

Bouchard, elle, n’a pas voulu en dire plus sur la blessure de sa rivale.

«Je vais me concentrer sur mon match et pas sur sa condition physique», a conclu Bouchard.

Simona Halep, première favorite à Montréal, pourra maintenant se concentrer sur son tournoi en simple puisqu’elle s’est inclinée lundi en double avec sa partenaire et compatriote Irina-Camelia Begu en trois manches de 4-6, 7-6 (1) et 11-9 contre la Britannique Johanna Konta et la Chinoise Shuai Zhang.