Coupe Rogers 2020

Coupe Rogers: Venus Williams est toujours aussi affamée

Publié | Mis à jour

Même après avoir remporté sept tournois majeurs et 49 titres sur le circuit de la WTA, Venus Williams est toujours à la recherche de nouveaux objectifs à atteindre.

«Tu dois avoir des buts dans la vie», a-t-elle affirmé après sa victoire en deux manches de 7-5, 6-1 contre sa compatriote américaine Caroline Dolehide au premier tour du volet féminin de la Coupe Rogers, lundi à Montréal.

«Je veux dominer le monde. Des petits objectifs comme cela», a-t-elle ajouté à la blague.

La 13e tête de série et 14e joueuse au monde a mal entamé la partie en prenant un retard de 3-1 au premier set contre son adversaire, qui, à 19 ans, a la moitié de son âge.

«Elle a un bon deuxième service, j’ai eu de la difficulté à m’y adapter en première manche», a expliqué la joueuse-étoile de 38 ans.

Si Dolehide, 124e au monde, a tenu tête à son aînée au départ, le vent a rapidement tourné. «Je n’avais jamais joué contre elle et je ne l’avais jamais vraiment vu à l’œuvre, a reconnu Williams. Je pense qu’elle avait un avantage au début puisqu’elle m’avait vu jouer plus souvent.»

Williams, dont la sœur, Serena, a déclaré forfait samedi pour des raisons personnelles, a finalement trouvé une solution pour contrer la deuxième balle de son adversaire. Elle a d’ailleurs remporté 67 % des jeux en pareille circonstance pendant le match.

Elle connaîtra l’identité de sa prochaine adversaire mardi après le duel entre les Roumaines Monica Niculescu et Sorana Cirstea.

Pliskova sans problème

Plus tôt sur le court central, la Tchèque Karolina Pliskova, neuvième tête de série, a aisément atteint le deuxième tour en défaisant Katerina Siniakova, 52e joueuse au monde, en deux sets identiques de 6-4.

Elle pourrait maintenant faire face à la Canadienne Carol Zhao (137e), si cette dernière remporte son duel de mardi contre la Néerlandaise Kiki Bertens (18e).

«Je ne connais pas du tout la Canadienne. Je vais essayer de la regarder jouer si je peux, a-t-elle dit. Je connais Bertens par contre. J’ai joué contre elle à Wimbledon la dernière fois. Nous avons aussi joué l’une contre l’autre à Stuttgart. Je ne serai pas surprise par son jeu si je tombe contre elle.»

Pliskova s’était incliné en huitièmes de finale devant Bertens sur le gazon anglais en juillet.

Une frousse

Une première tête de série est passée bien près de subir l’élimination en ouverture de tournoi quand l’Allemande Julia Goerges (10e) a perdu le premier set contre la Hongroise Timea Babos, 38e joueuse au monde, 3-6.

Elle s’est ressaisie et a remporté la seconde manche au bris d’égalité 7-6 (3), et la troisième 6-4.