SPO-TEN-MUBADALA-SILICON-VALLEY-CLASSIC---DAY-2

Crédit : AFP

Coupe Rogers 2020

Coupe Rogers: Serena Williams explique son absence

Publié | Mis à jour

Éprouvée par le sentiment «d'être une mauvaise mère», l'Américaine Serena Williams a préféré se retirer de la Coupe Rogers, a-t-elle expliqué par l'entremise d'un puissant témoignage sur le réseau social Twitter, lundi soir.

Ayant donné naissance à une petite fille le 1er septembre dernier, Williams a subi l’une des plus cuisantes défaites de sa carrière mardi dernier à San Jose, s’inclinant en deux manches de 6-1 et 6-0 devant la Britannique Johanna Konta.

«La dernière semaine n’a pas été facile pour moi, a-t-elle écrit sur Instagram. Non seulement je devais accepter des choses difficiles sur le plan personnel, mais je traversais aussi un creux. Mais encore plus, j'avais l'impression d'être une mauvaise mère.»

«J’ai lu plusieurs articles qui indiquaient que la dépression post-partum peut durer jusqu’à trois ans si on ne prend pas la situation au sérieux. J’en ai parlé avec ma mère, mes sœurs et mes amis, qui m’ont fait savoir que mes sentiments sont totalement normaux.»

La gagnante de 23 titres du Grand Chelem a pris le soin de noter qu’elle trouvait difficile le fait de jongler avec sa vie professionnelle et les responsabilités de parent, une réalité qu'elle découvre depuis la naissance de sa fille Alexis Olympia Ohanian Jr.

«Je travaille beaucoup, je m’entraîne et j’essaie d’être la meilleure athlète possible. Cela dit, même si je suis avec elle tous les jours de sa vie, je ne suis pas aussi présente que je le désire.»

En conclusion, l'Américaine a également rendu un puissant hommage aux mères du monde, qui doivent également gérer des situations semblables dans l’anonymat.

«Peu importe si vous êtes mères à la maison ou occupez un emploi, trouver l’équilibre avec les enfants est un art. Vous êtes de vraies héroïnes.»

«Je suis ici pour préciser : si vous connaissez une dure journée ou semaine, c'est correct, moi aussi!!!», a-t-elle conclu, sans pour autant mentionner le nom du tournoi qui s'est mis en branle samedi à Montréal.