Crédit : SARAH-JADE CHAMPAGNE/AGENCE QMI

Coupe Rogers 2020

Coupe Rogers: Peter Polansky passe au deuxième tour

Pierre Durocher

Publié | Mis à jour

Victorieux au récent Challenger de Granby, le Torontois Peter Polansky a amorcé le tournoi de la Coupe Rogers sur une note heureuse, lundi, en remportant une victoire en des manches de 7-6 (3) et 6-4 contre l’Australien Matthew Ebden, 52e joueur mondial.

«Cette victoire à Granby était importante pour moi, a reconnu Polansky en conférence de presse. Ce n’était que la troisième fois que je gagnais un tournoi de type Challenger dans ma carrière. Ce n’est jamais facile et je dois remercier le public de Granby de s’être déplacé en si grand nombre pour m’encourager tout au long du tournoi. C’était franchement impressionnant. Cette victoire m’a fait du bien et je suis heureux d’avoir pu poursuivre sur mon élan ici.»

Longs déplacements

Après Granby, Polansky s’est tapé un long déplacement jusqu’à Los Cabos, au Mexique, où il a été éliminé au deuxième tour, avant de revenir à la maison. Il est reconnaissant envers les organisateurs du tournoi de la Coupe Rogers de lui avoir offert un laissez-passer, lui qui occupe le 121e rang au classement de l’ATP.

«Ce n’est plus quelque chose d’automatique avec la profondeur qu’il y a maintenant au Canada, a souligné Polansky. Je me suis demandé pourquoi je m’étais rendu aussi loin, à Los Cabos, pour prendre part à un tournoi, mais c’est un si bel endroit et il fait très chaud. Ça m’a donc bien préparé pour la température caniculaire qui sévit à Toronto.»

«J’ai su retourner efficacement les services d’Ebden pour remporter le bris d’égalité, a indiqué Polansky au sujet de son match disputé sur le court central. L’autre moment-clé est survenu à 3-3 dans la deuxième manche. Mon rival est venu près de briser mon service, mais heureusement, j’ai pu gagner cette partie et ça m’a mené vers la victoire.»

Force est d’admettre qu’Ebden, un gars qui a battu David Goffin à Wimbledon, n’avait pas un bon match dans le système.

Contre Djokovic?

Au deuxième tour, Polansky risque fort de rencontrer Novak Djokovic, le récent vainqueur du tournoi de Wimbledon, si le Serbe parvient, bien entendu, à battre Hyeon Chung, mardi, au premier tour.

«Ce serait génial si je pouvais l’affronter. Notre unique confrontation a eu lieu au tournoi de la Coupe Rogers en 2009 et il m’avait battu 6-4 et 7-6. Ça fait vraiment longtemps. Sa façon de jouer convient bien à mon style», a dit Polansky.