Coupe Rogers 2020

La magie de Shapovalov va-t-elle opérer de nouveau?

Publié | Mis à jour

Il sera intéressant de voir si Denis Shapovalov saura recréer le même type de magie cette année à Toronto, lui qui avait soulevé un véritable vent de folie l’an dernier à Montréal en triomphant de gros noms tels que Juan Martin Del Potro et Rafael Nadal sur les courts du parc Jarry.

Les amateurs de tennis de Toronto qui se rendront lundi au Centre Aviva, dans la lointaine et vaste banlieue, ne demanderaient pas mieux que d’assister à un autre épisode de la «Shapomania».

Les attentes sont beaucoup plus élevées cette année sur les épaules du spectaculaire joueur âgé de 19 ans. Tous les yeux seront rivés sur lui mardi soir alors qu’il sera confronté au Français Jérémy Chardy sur le court central.

Mais dès lundi, en fin d’après-midi, le public pourra voir Shapovalov en action alors qu’il participera à un match de double en compagnie de Félix Auger-Aliassime.

Leurs adversaires seront Novak Djokovic et Kevin Anderson, les finalistes du dernier tournoi de Wimbledon!

Il tenait à jouer avec son ami

«Il est vrai que c’est toujours une bonne chose de disputer un match de double pour s’échauffer et pour mieux se sentir sur le court avant d’amorcer le tournoi en simple, a dit Shapovalov. Toutefois, la raison principale pourquoi je me suis inscrit en double, c’est parce que je tenais à jouer de nouveau en compagnie de Félix. C’est un très bon copain et on a eu du plaisir à jouer ensemble par le passé.

«Il est important pour l’avenir de l’équipe canadienne en Coupe Davis que Félix et moi puissions de nouveau jouer en double. Bien sûr, ça ne s’annonce pas facile contre la paire Djokovic-Anderson, mais on entend bien savourer l’expérience.»

Shapovalov et Auger-Aliassime ont été sacrés champions en double chez les juniors aux Internationaux des États-Unis de 2015.

De gros points à défendre

Dans la campagne de promotion pour la vente des billets, on peut apercevoir Shapovalov sur des affiches un peu partout en ville. Il est maintenant le Canadien le mieux classé (26e rang) par l’ATP, soit quatre rangs devant le vétéran Milos Raonic.

Shapovalov doit composer avec la pression de défendre de gros points à la Coupe Rogers puisqu’il avait atteint la ronde demi-finale l’an passé à Montréal, à la suite de victoires remportées contre Rogerio Dutra Silva, Del Porto, Nadal et Adrian Mannarino.

«Je ne me soucie pas de cela et je préfère ne pas trop penser à ce qui s’est produit l’été dernier, a-t-il raconté. Il n’est pas question que je me laisse affecter par la pression. Je ne porte aucune attention au fait qu’il y ait davantage de distractions lorsque je joue à la maison. Je bloque ça de mon esprit et je me concentre sur mon jeu. Je me sens en confiance présentement et le fait de jouer devant mes partisans ne peut qu’être un stimulant.

«J’ai battu Chardy à Wimbledon, mais c’était un match serré (pointage de 6-3, 3-6, 7-5 et 6-4). Je m’attends au même genre de match de sa part. Je sais que lorsque je joue mon meilleur tennis, je peux battre n’importe qui sur le circuit», a poursuivi Shapovalov.

«Un an s’est écoulé depuis mes succès à Montréal et j’ai maintenant la conviction que je suis à ma place sur le circuit de l’ATP, parmi les meilleurs joueurs. Je n’ai que 19 ans et je sais fort bien qu’il y a encore beaucoup de place pour de l’amélioration dans mon jeu. J’ai subi un revers contre Kei Nishikori au troisième tour à Washington parce que mon service n’était pas à point.»

L’absence de Laurendeau

Shapovalov continue de s’entraîner et de disputer des matchs sans la présence de son entraîneur Martin Laurendeau, qui est ennuyé par de sérieux malaises au dos depuis deux mois.

«Il me manque beaucoup, a confirmé le jeune joueur. C’est malheureux que les maux de dos dont souffre Martin l’empêchent de voyager. Heureusement que ma mère est là pour veiller sur mes entraînements. Je dirais qu’elle connaît mieux que moi toutes les facettes de mon jeu! Je sens que je joue bien présentement et je n’ai pas de raisons d’être inquiet au sujet de mon niveau de confiance à la veille du début du tournoi.»

En bref

Le Canadien Filip Peliwo n’a pu se qualifier pour le tableau principal dimanche, subissant la défaite devant le Japonais Yoshihito Nishioka, qui l’a emporté en des manches de 5-7, 6-1 et 6-4.

Ryan Harrison, Pierre-Hugues Herbert, Daniil Medvedev, Evgeny Donskoy, Bradley Klahn et Ilya Ivashka sont parvenus à se qualifier.