Crédit : AFP

Coupe Rogers 2020

Coupe Rogers: les joueuses à surveiller à Montréal

Alexandre Parent / TVA Sports

Publié | Mis à jour

La Coupe Rogers de Montréal est sur le point de s’amorcer sur les terrains du Stade IGA. Voici un survol des joueuses à surveiller lors du passage des meilleures raquettes de la WTA au Québec.

Les têtes de séries

Simona Halep (1)

La Roumaine est au sommet du classement de la WTA depuis les 39 des 43 dernières semaines. Halep avait perdu le premier rang mondial pendant quatre semaines au début de l’année, aux mains de la Danoise Caroline Wozniacki après que cette dernière eut remporté les Internationaux d’Australie.

Elle la joueuse de l'heure, celle que tout le monde désire vaincre. Sa combativité, rapidité et constance en font une proie difficile à abattre, à tout coup.

Outre une finale perdue à Melbourne, Halep a remporté son premier titre majeur à Roland-Garros au début du mois de juin.

En plus de son triomphe à la porte d’Auteuil, Halep s’est également imposée à Shenzhen, en Chine. Elle a de plus atteint la finale à Rome.

La Roumaine est la dernière à joueuse à avoir remporté la Coupe Rogers de Montréal, s’imposant en 2016.

Caroline Wozniacki (2)

Wozniacki a amorcé l’année 2018 en force avec une finale au tournoi d’Auckland en Nouvelle-Zélande, mais surtout, avec un titre aux Internationaux d'Australie; son premier triomphe dans un tournoi du Grand Chelem.

Wozniacki est l’une des joueuses les plus constantes sur le circuit de la WTA. Depuis le début de la saison, elle a de plus remporté le tournoi sur gazon d’Eastbourne et n’a perdu à son premier match d’une compétition qu’une seule fois alors que la Portoricaine Monica Puig l’avait surprise au deuxième tour du tournoi de Miami. La Danoise a peut-être perdu au deuxième tour de Wimbledon également, mais encore là aucune des 10 premières têtes de série n’a franchi le quatrième tour au All England Club.

Wozniacki s’est imposée sur le ciment montréalais en 2010. Elle a été numéro 1 au monde pendant 71 semaines au cours de sa carrière, dont quatre en début d’année après son sacre à Melbourne; la neuvième meilleure performance de l’histoire.

Mise à jour: Wozniacki a déclaré forfait pour le tournoi de Washington en raison d'une blessure à une jambe.

TENNIS-AUS-OPEN
Crédit photo : AFP

Sloane Stephens (3)

Stephens a connu deux grandes performances en 2018. L’Américaine de 25 ans a mis la main sur le titre à Miami et a atteint la finale à Roland-Garros, défaite par la Roumaine Simona Halep.

Combiné à un triomphe aux derniers Internationaux des États-Unis, le classement de Stephens n’aura jamais été mieux.

Mais Stephens est capable du meilleur comme du pire, comme sa défaite au premier tour des Internationaux d’Australie en 2018, face à la Chinoise Shuai Zhang. Puis, il y a eu ce revers au tour initial de Wimbledon, il y a quelques semaines, face à Croate Donna Vekic.

L’Américaine est toutefois redoutable sur surface dure et est une prétendante au titre.

En 2017, à Toronto, elle a atteint la demi-finale, étant éliminée par la Danoise Caroline Wozniacki.

Angelique Kerber (4)

L'Allemande n'est probablement pas encore descendue de son nuage, elle qui a remporté le tournoi de Wimbledon, il y a quelques semaines, en défaisant l'Américaine Serena Williams en finale.

Cependant, les saisons se suivent, mais ne se ressemblent pas pour Kerber.

En 2016, l'Allemande avait remporté les Internationaux d'Australie et des États-Unis pour terminer l'année au premier rang mondial.

Toutefois, en 2017, Kerber a connu une saison difficile et a glissé jusqu'au 21e échelon mondial.

Mais elle a amorcé la campagne 2018 en triomphant à Sydney et en atteingnant les demi-finales aux Internationaux d'Australie. Puis, ont suivi des quarts de finale à Doha, Indian Wells, Miami, Rome et à Roland-Garros. Elle a également atteint le carré d'as à Dubaï et à Eastbourne.

Elina Svitolina (5)

Svitolina a mis la main sur trois titres en 2018, à Brisbane, à Dubaï et à Rome.

L’Ukrainienne est toujours à considérer au début d’un tournoi puisque ses contre-performances sont rares. Vrai qu’elle n’a pas fait long feu à Wimbledon, mais quelle joueuse du top 10 mondial peut se targuer d’avoir atteint les attentes placées en elle sur le gazon londonien?

Svitolina avait perdu en 2012 la finale de Wimbledon chez les juniors devant Eugenie Bouchard. Si la Québécoise a par la suite connu une ascension fulgurante, celle de Svitolina s’est plutôt faite d’une manière constante. Toutefois, elle est dans le top 10 mondial depuis plus d’un an de manière consécutive et rien n’indique qu’elle le quittera dans un avenir rapproché.

À sa seule présence à Montréal en 2016, la joueuse de 23 ans avait atteint le troisième tour, étant éliminée par l’Allemande Angelique Kerber. En 2017, l’Ukrainienne avait triomphé à Toronto.

Les ex-championnes

Petra Kvitova

L’histoire de la grande Tchèque est fascinante. Kvitova, qui a soulevé le titre de la Coupe Rogers en 2012 à Montréal, est une tête d’affiche du circuit de la WTA depuis plusieurs années.

Toutefois, en décembre 2016, Kvitova a subi une blessure à la main gauche, résultat d'un cambriolage à son domicile. La Tchèque a été sur les lignes de côté pendant cinq mois avant de revenir au jeu. Quelques semaines plus tard, elle triomphait à Birmingham en juin 2017.

Kvitova n’a pas ralenti et a déjà remporté cinq titres cette saison, à Birmingham, encore une fois, mais également à Madrid, Prague, Doha et Saint-Pétersbourg.

Elle une joueuse tout en attaque, crainte de toutes ses rivales.

Petra Kvitova
Crédit photo : AFP

Belinda Bencic

La Suissesse avait surpris tout le monde en s’appropriant le titre de la Coupe Rogers de Toronto en 2015 à l’âge de 18 ans.

Puis elle avait terminé l’année 2015 au 14e rang mondial.

Depuis, elle a glissé jusqu’au 318e échelon au classement de la WTA en septembre 2017 en raison de blessures.

Maintenant à la porte du top 40 mondial, Bencic tente de revenir à son niveau d’antan. Elle devra toutefois passer à travers l’étape qualificative.

Les anciennes #1

Victoria Azarenka

La Bélarussienne a également obtenu un laissez-passer pour le tableau principal.

Azarenka a trôné au sommet de la hiérarchie du tennis mondial pendant 51 semaines entre 2012 et 2013.

Puis elle a subi une série de blessures qui l’ont fait reculer au classement. Puis en 2016, elle a donné naissance à un petit garçon et s’est absentée du circuit de la WTA pendant une année.

En 2017, elle n’a pu jouer que quelques tournois en raison d’une bataille juridique pour la garde de son fils.

La Bélarussienne a finalement pu revenir à la compétition lors du tournoi d’Indian Wells en 2018. Puis, elle a atteint la demi-finale de l’épreuve de Miami, quelques semaines plus tard. Elle a par la suite disputé cinq autres tournois, ne pouvant dépasser le deuxième tour.

Maria Sharapova

Sharapova a atteint le premier rang mondial pour la première fois en 2005. Au final, elle a passé 21 semaines en tant que numéro un au monde, dont la dernière fois en 2012.

La grande Russe a remporté les quatre tournois du Grand Chelem au cours de sa carrière, dont deux fois Roland-Garros.

Toutefois, Sharapova a été supendue pour 15 mois au début de 2016 alors qu’elle a été testée positive au meldonium, une substance interdite.

Sharapova est revenue au jeu en avril 2017 et est maintenant dans le top 30 mondial.

Elle en sera à une quatrième présence à Montréal (2004, 2008, 2014).

À ne pas oublier: Garbine Mugurza, Karolina Pliskova et Venus Williams.

La relève

Les Américaines Sofia Kenin (68e) et Caroline Dolehide (113e) et la Bélarussienne Vera Lapko (69e) ont toutes 19 ans et représentent l'avenir, mais également le présent sur le circuit de la WTA.

Elles prendront d'ailleurs part à l'étape des qualifications.

Kenin a atteint les quarts de finale à Auckland en début d'année et les demi-finales à Majorque, il y a quelques semaines.

Les Canadiennes

Eugenie Bouchard

Bouchard n’a jamais vraiment connu le succès espéré devant ses partisans.

En 2008 et 2010, alors qu’elle était d’âge junior, elle a été défaite en qualifications. Puis, en 2012, elle a atteint le deuxième tour, étant défaite par la Chinoise Li Na.

En 2014, après son ascension vertigineuse au classement, Bouchard a été éliminée à son premier match par l’Américaine Shelby Rogers.

En 2016, elle a obtenu de bonnes victoires contre la Tchèque Lucie Safarova et la Slovaque Dominika Cibulkova, avant de s’éteindre au troisième tour devant la qualifiée slovaque Kristina Kucova.

Si Bouchard s’est approchée du 200e rang mondial, il y a quelques semaines, la Québécoise a repris du poil de la bête récemment. Elle a notamment réussi à se qualifier pour le tournoi de Wimbledon, s’éteignant au deuxième tour face à l’Australienne Ashleigh Barty.

Puis, elle vient tout juste d’atteindre les demi-finales du tournoi de Gstaad, déclarant forfait avant son match contre Alizé Cornet, blessée à l’aine.

La Québécoise a toutefois retrouvé son rang de meilleure joueuse canadienne.

Crédit photo : Dario Ayala / Agence QMI

Françoise Abanda

Abanda connaît une année 2018 très difficile. Elle n’a gagné que huit rencontres en 18 matchs et a considérablement glissé au classement, étant sur le point de quitter le top 200 mondial.

De plus, Abanda a récemment été au cœur d’une controverse qui a éclaté lorsqu’elle est devenue la joueuse la mieux classée au Canada, il y a quelques mois.

En contrepartie, Abanda a souvent donné une forte opposition aux meilleures joueuses de la planète devant ses partisans. En 2014, elle avait livré une bonne bataille à la Slovaque Dominika Cibulkova, alors 16e tête de série, s’inclinant en trois manches au premier tour.

En 2016, le même scénario s’est produit alors qu’elle a baissé pavillon devant l’Ukrainienne Elina Svitolina, 17e favorite, en deux manches, au bris d’égalité.

Carol Zhao

Zhao s’est faufilée sans faire de bruit au rang de joueuse la mieux classée au Canada pendant quelques semaines pendant l’été.

L’Ontarienne a d’ailleurs remporté en novembre dernier un tournoi ITF 100 000 $ à Shenzhen en Chine.

Zhao n’a cependant remporté que sept de ses 24 matchs cette saison.

Gabriela Dabrowski

Dabrowski est la spécialiste du double au Canada chez les femmes, elle qui est actuellement classée au neuvième échelon mondial.

Elle a remporté trois tournois cette saison et a atteint les demi-finales de Wimbledon.

En début d’année, elle a remporté son deuxième titre majeur en double mixte lors des Internationaux d’Australie. Elle avait triomphé à Roland-Garros en 2017 lors de la même épreuve.

Lelah Annie Fernandez

À 15 ans, Fernandez commence à faire pas mal de bruit.

Récemment, la jeune Québécoise a atteint les demi-finales du tournoi junior de Roland-Garros. De plus, en février, elle a triomphé dans une épreuve de Grade A (le même que les tournois du Grand Chelem) à Porte Alegre, au Brésil.

Elle est actuellement au 13e rang du classement de l’ITF chez les juniors.

 

** Les classements WTA et ITF du 30 juillet ont été utilisés pour cet article.