MLS

De la difficulté d’être Atlanta

De la difficulté d’être Atlanta

Fréderic Lord

Publié 27 juillet 2018
Mis à jour 27 juillet 2018

Depuis un moment déjà, on vous vante les mérites du modèle d’affaires d’Atlanta United. Sans l’ombre d’un doute, ils ont bousculé la ligue et changé les façons de faire en MLS.

Transfert record, foule record pour un match de saison régulière contre un adversaire de l’Ouest qui ne devrait pas être des séries éliminatoires à l’automne prochain... Tout semble leur réussir.

Mais l’équipe de la Géorgie sera-t-elle victime de ses propres succès dès sa deuxième saison? Comment, à court et moyen terme, pourra-t-elle garder (brider?) ses jeunes joueurs assez longtemps pour pérenniser ses succès?

D’abord, Josef Martinez connaît une saison du tonnerre et devrait – s’il évite les blessures – pulvériser le record de buts en une saison dans le circuit Garber. Inévitablement, ce genre de performance s’accompagne de rumeurs de transfert.

D’après ce qu’on peut lire et glaner ici et là sur les interwebs, le club anglais d’Everton s’intéresserait à l’attaquant vénézuélien. Combien de temps encore résistera-t-il aux sirènes de l’Europe?

Et que dire de Miguel Almiron? Déjà l’an dernier, on l’envoyait aussi de l’autre côté de l’Atlantique pour régaler les partisans des plus grands championnats. Peut-il partir avant d’avoir ramené la Coupe MLS à Atlanta?

Certes, en bâtissant cette équipe, les dirigeants d’Atlanta United avaient anticipé cette «suite logique». Les montants de transferts récupérés pour ses joueurs sont d’ailleurs au cœur de leur modèle.

Par contre, pour l’état-major, le défi reste de suivre le rythme. Déjà, l’arrivée de Darlington Nagbe depuis Portland revêtait les allures d’une «police d’assurance» pour un éventuel départ d’Almiron. Et que dire de l’arrivée d’Ezequiel Barco qui n’était que la suite logique de ce dernier? Mais voilà que Nagbe est blessé pour une longue période et que Barco s’empêtre dans des problèmes hors terrain. Rien pour assurer une stabilité à cette formation.

Bref, Atlanta semble pris à nourrir constamment la machine sans quoi cette machine pourrait l’avaler. Ahhh, la misère des riches...

xx

Deux réflexions par rapport à la situation de l’Impact présentement. Après avoir joué un match de coupe en milieu de semaine, pourquoi ne pas reporter le match prévu contre Atlanta au dimanche?

Nombreux sont les championnats qui agissent de la sorte. La MLS aurait raison de le faire parce que peu d’équipes comptent encore sur une profondeur intéressante pour exceller sur deux tableaux. On l’a encore constaté cette année en Ligue des champions avec les performances de Toronto et de Seattle.

Bref, ce serait mieux pour l’intégrité physique des joueurs et, par extension, meilleur pour le spectacle.

xx

Cliché sportif #314 : une saison est longue.

La preuve : la courbe de progression de Ken Krolicki. Si je ressortais tous les commentaires à son sujet en début d’année... et que je les mettais dos à dos avec ceux qui nous assurent qu’il est indispensable au bleu-blanc-noir...

Certes, il faut saluer le travail du joueur... et peut-être déplorer le manque d’options au milieu.

(Un texte écrit par Frédéric Lord)