Crédit : AFP

Indycar

James Hinchcliffe renoue avec la victoire

Publié | Mis à jour

James Hinchcliffe ne pouvait choisir une meilleure occasion pour remporter sa première victoire en Série IndyCar en 15 mois.

Le pilote ontarien s’est imposé dimanche sur l’ovale de Newton, en Iowa, à une semaine de la halte annuelle de la série IndyCar dans les rues de Toronto.

Hinchcliffe a doublé le meneur, l’Américain Josef Newgarden, au 256e des 300 tours, pour prendre la tête et ne plus jamais la quitter.

«Malgré ma mauvaise position sur la grille de départ [il s’était élancé du 11e rang], je savais que j’avais une bonne voiture entre les mains, a dit le pilote de 31 ans. Je suis tellement comblé.

«D’autant plus que cette victoire survient juste avant la course de Toronto où ma famille et mes amis viendront m’encourager en grand nombre, a raconté celui qui est natif d’Oakville en Ontario. À vrai dire, c’est le moment idéal pour renouer avec la victoire. Je ne peux demander mieux.»

Le souvenir d’Indianapolis

Hinchcliffe a encore en tête sa contre-performance à Indianapolis, où il a été incapable de se qualifier pour la célèbre épreuve des 500 milles au mois de mai dernier.

«J’ai encore un mauvais souvenir d’Indianapolis, a-t-il fait savoir. Mais c’est une bonne façon de l’oublier.»

Hinchcliffe, qui avait gagné sur ce même tracé de l’Iowa il y a cinq ans, signe son premier succès en IndyCar depuis sa victoire sur le circuit urbain de Long Beach, en Californie, en avril 2017.

Dommage pour Wickens

N’eût été un drapeau jaune déployé à six tours de la fin de la course, en raison d’un accrochage impliquant l’Américain Ed Carpenter et le Japonais Takuma Sato, Hinchcliffe aurait pu être accompagné sur le podium par son coéquipier (écurie Sam Schmidt) et compatriote, Robert Wickens.

Ce dernier occupait la troisième place quand la course a été interrompue.

Wickens s’est fait dire par son écurie de rentrer au puits de ravitaillement pour changer ses pneus, comme Newgarden d’ailleurs, mais cette stratégie aura été coûteuse, puisque la course n’a jamais été relancée. Elle s’est plutôt conclue derrière la voiture de sécurité.

Encore une fois, la série IndyCar a privé les spectateurs d’une fin d’épreuve passionnante. Sans aucune raison apparente, ses dirigeants ont choisi de ne pas agiter le drapeau vert pour le dernier tour.

Newgarden a vu une deuxième place pratiquement assurée lui échapper, dans cette épreuve qu’il avait outrageusement dominée avant d’être surpris par le vainqueur. Il devra se contenter du quatrième rang.

Wickens, finalement classé à la cinquième position, cachait mal sa déception.

«Ce n’était pas ma décision de rentrer au puits, mais celle de mon équipe, a souligné le pilote de Toronto. Mais la situation aurait été différente si on nous avait permis de faire un dernier tour sous le drapeau vert...»

À neuf tours du meneur

Troisième Canadien inscrit en Iowa, Zachary Claman DeMelo s’est classé au 18e rang, à neuf tours du meneur.

«Nous n’avons jamais été dans le coup, a dit le pilote montréalais, membre de l’écurie Dale Coyne. On espère faire beaucoup mieux à Toronto dimanche prochain. J’ai rarement l’occasion de courir dans mon pays, alors que je suis très motivé.»

Les malheurs de Newgarden et de Wickens ont fait le bonheur de Spencer Pigot et de Sato qui, contre toute attente, accèdent respectivement aux deuxième et troisième marches du podium.

Labbé a sauvé les meubles

Alex Labbé a obtenu, vendredi, à Daytona, son deuxième meilleur résultat à vie en Série Xfinity quand il s’est classé au 15e rang.

Le pilote québécois aurait espéré un meilleur sort, mais il a été impliqué dans deux accidents majeurs qui se sont déroulés devant lui.

«On a sauvé les meubles, a dit le pilote de Saint-Albert. Tout survient très vite et on n’a pas le temps de réagir. On a terminé la course, malgré une voiture amochée.»