Ottawa Senators v Washington Capitals

Crédit : AFP

LNH

Arrivée de Mike Hoffman: rien d’inquiétant pour l’instant

Publié | Mis à jour

Avec la poursuite intentée par l’épouse d’Erik Karlsson à l’encontre de la conjointe de Mike Hoffman, il y a lieu de se demander de quelle façon sera accueilli l’ancien joueur des Sénateurs d’Ottawa dans son nouvel environnement.

«On a tous entendu à la télévision ce qui est arrivé, mais on ne sait pas ce qui est vrai et ce qui est faux. On doit mettre ça derrière nous, a indiqué Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride. Il joue maintenant pour notre équipe, c’est un coéquipier. On va sûrement avoir l’occasion d’en reparler avec lui, mais pour l’instant, ça nous importe peu.»

N’empêche que cette histoire représente une belle patate chaude. La preuve : en l’espace de deux heures, il y a une dizaine de jours, l’Ontarien de 28 ans a été échangé à deux occasions : d’abord des Sénateurs aux Sharks de San Jose, puis des Sharks aux Panthers.

«C’est un joueur explosif, doté d’un très bon lancer. J’ai joué avec lui chez les juniors pendant une saison [avec les Sea Dogs de Saint John]. Je le connais un peu», a déclaré Huberdeau, présent à la Classique Phillip Danault.

«On a un bon groupe, un bon noyau, mais c’est certain que d’aller chercher d’autres morceaux, ça peut aider», a-t-il ajouté.

En quatre saisons complètes avec les Sénateurs, Hoffman a franchi le plateau des 20 buts à quatre occasions (27, 29, 26, 22).

Le désastre de Tom Rowe

Parlant de dossier délicat, les Panthers n’ont pas été épargnés ces dernières années. Les jeux de coulisses de Tom Rowe, dont l’objectif de placer Dale Tallon sur la voie d’évitement et le congédiement cavalier de Gerard Gallant, ont ébranlé la stabilité des Panthers.

Sans compter que Rowe a lui-même été démis de ces deux fonctions après un court règne désastreux.

Résultat : avec Bob Boughner derrière le banc (leur troisième entraîneur en moins de deux saisons) les Panthers ont raté les séries par un seul point.

«Ç’a pris plus de temps que prévu pour nous adapter au nouveau système et au nouvel entraîneur. On ne faisait pas les petits détails en début de saison. Après Noël, on connaissait plus notre travail. Maintenant, on sait à quoi s’attendre lorsqu’on arrivera sur place en septembre.»

Le premier trio des Knights

Pour tourner le fer dans la plaie, Gallant, accompagné de Jonathan Marchessault et de Reilly Smith, ont aidé les Golden Knights de Vegas à atteindre la finale de la coupe Stanley.

«On savait que c’était de bons joueurs. C’est certain que c’était difficile de voir Reilly Smith et Jonathan Marchessault sur leur première ligne. Avec Gerard Gallant. Mais ça fait partie du hockey et on était contents pour eux, a assuré Huberdeau. C’est incroyable de voir qu’ils avaient une chance de remporter la coupe Stanley.»