Canadiens de Montréal

Jonathan Drouin déçu du dossier John Tavares

Publié | Mis à jour

Le Tricolore a un trou béant dans son attaque et l’équipe est désespérément à la recherche d’un joueur de premier plan pour remédier à la situation.

La solution à cet obstacle ne passera pas par John Tavares, qui a refusé d’écouter ce que le directeur Marc Bergevin avait à lui proposer dans une tentative de participer à l’opération de séduction impliquant six équipes.

«C’est sûr qu’on est déçus de ne pas avoir la chance d’amener un joueur comme ça ici», a reconnu Jonathan Drouin, jeudi, à l'occasion de la Classique de golf Phillip Danault à Victoriaville.

Qu’à cela ne tienne, Drouin n’a aucun problème à envisager un retour comme pivot d’une des deux premières unités du Bleu-blanc-rouge.

«À l’aile ou au centre, c’est eux qui vont décider. On verra ce qui va arriver cet été. Ça ne me dérange pas vraiment, il y a des avantages et des désavantages aux deux positions», conclut-il.

Drouin appuie Duclair

Anthony Duclair est libre comme l’air depuis le rachat de son entente par les Blackhawks de Chicago. Et s’il n’en tenait qu’à Drouin, le Québécois aurait sa chance avec les Canadiens de Montréal.

L’ancien des Remparts de Québec a été acquis par les Hawks des Coyotes de l’Arizona le 10 janvier. Il a obtenu 11 buts et 12 mentions d’aide pour 23 points en 56 rencontres lors de la dernière saison. À sa première saison dans le circuit, l’attaquant de 22 ans avait enfilé 20 buts.

«Duclair est un bon joueur avec une belle vision, un beau coup de patin», a analysé l'attaquant de 23 ans.

«Il a prouvé qu’il est capable de marquer dans cette ligue. Ce serait l’fun, mais ce n’est pas moi qui vais décider.»

Ravi de l’ajout de Domi

Pendant ce temps, les Canadiens ont perdu un joueur talentueux en la personne d’Alex Galchenyuk, qui est passé aux Coyotes le 15 juin dernier.

Le CH a obtenu en retour l’attaquant Max Domi, qui a obtenu 45 points en 82 matchs lors de la plus récente campagne.

«Je pense que ça va vraiment l’aider de venir à Montréal, croit Drouin.

«C’est un gars qui aime la pression et qui aime être dans un marché de hockey. C’est la ville parfaite pour ça.»

Propos recueillis par Andy Mailly-Pressoir.