Crédit : AFP

Coupe du Monde 2018

Coupe du monde: l'Allemagne éliminée

Agence France-Presse

Publié | Mis à jour

L'adage qui veut que l'Allemagne gagne toujours à la fin ne vaut plus: le champion du monde en titre s'est incliné mercredi contre la Corée du Sud, 2-0, et est éliminé. La Mannschaft n'avait jamais quitté le Mondial avant les quarts depuis son retour en Coupe du monde en 1954.

Pas de but à la dernière minute comme contre la Suède (2-1) lors du deuxième match, et pas de phase finale. La malédiction du tenant du titre en Coupe du Monde a frappé. Celle-ci veut qu'au XXIe siècle, quatre des cinq champions sortants aient été éliminés dès la phase de poules.

Ca a été le cas de la France en 2002, de l'Italie en 2010, de l'Espagne en 2014 et donc de l'Allemagne en 2018. Seule exception, le Brésil champion du monde 2002 et quart de finaliste en 2006.

Mais c'est d'autant plus incroyable que la grande Allemagne a toujours été au moins demi-finaliste depuis 2002!

Leur défaite, concédée sur un but accordé après recours à l'assistance vidéo à l'arbitrage (VAR) à Kim Young-gwon (90+2), avant que Son Heung-min n'éteigne le suspense en contre (90+6), laisse les Allemands à la dernière place de ce groupe F, derrière la Suède, qui a battu le Mexique 3-0, la 'Tri' également qualifiée, et la Corée du Sud.

Löw conforté avant le match

Et le match? Forcément, il a été marqué du sceau de l'angoisse et étouffant, mercredi à Kazan. Et les Allemands, d'habitude si sûrs d'eux, ont cette fois clairement semblé être écrasés par l'enjeu.

Même le capitaine Manuel Neuer, meilleur gardien du Mondial-2014, s'y est laissé prendre en échappant un coup-franc un peu flottant mais pas si dangereux de Jung Woo-young, dégageant ensuite in extremis devant Son (19e).

Malgré les changements opérés par le sélectionneur Joachim Löw, conforté par sa Fédération avant la rencontre - «personne mieux que lui ne peut gérer la reconstruction qui sera indispensable après le Mondial quoi qu'il arrive» -, l'Allemagne a peiné à se montrer dangereuse.

Thomas Müller sur le banc, Mesut Özil titulaire... Rien n'y a fait pour la Mannschaft, seulement menaçante sur une tentative de Timo Werner (39e) puis une tête du milieu Leon Goretzka (48e), chaque fois détournées par le gardien coréen Jo Hyeon-woo.

En face, les Coréens qui ont perdu leurs deux premiers matches, 1-0 contre la Suède, 2-1 contre le Mexique, n'ont pas été franchement dangereux, avant les ultimes minutes.

La désillusion est d'autant plus cruelle pour l'Allemagne, qui peut surtout regretter sa défaite inaugurale contre le Mexique (1-0). Le fruit, peut-être, d'une pression trop grande ou d'un manque de repères entre les historiques et la jeune génération, qui avait pourtant gagné un an plus tôt la Coupe des confédérations.

Suède-Mexique: un vainqueur, deux heureux!

Insensé! La Suède a corrigé le Mexique, 3-0, pour se qualifier pour les huitièmes de finale du Mondial-2018. Mais les Mexicains accèdent aussi au tour suivant, profitant de l'élimination de l'Allemagne dans l'autre match du groupe F. Ce Mondial-2018 en Russie restera dans l'histoire.

Il fallait voir «Chicharito» Hernandez arpenter la pelouse d'Ekaterinbourg au coup de sifflet final dans l'attente de la confirmation de l'autre résultat. Car oui, à Kazan, la Corée du Sud humiliait la Mannschaft, championne du monde en titre (2-0), offrant à «El Tri» un passe pour le cercle fermé des 16 meilleures équipes du monde.

C'est donc là, aux portes de l'Oural, sur la pelouse la plus à l'est de ce Mondial, qu'étaient les deux lauréats du groupe F. Pour les Mexicains, la chose semblait entendue avant le coup d'envoi. Encore que... Pour les Suédois, ils fallait s'imposer contre une équipe qui faisait peur après son succès inaugural sur les champions en titre (1-0).

Mais les Scandinaves ont finalement arraché leur qualification et la première place du groupe au terme d'un scenario incroyable.