Boxe

Kean démolit Braidwood

Publié | Mis à jour

Simon Kean avait promis de torturer Adam Braidwood. Il a livré la marchandise pendant les trois rounds de l’affrontement qu’il a conclu par un knock-out percutant, samedi au Centre Gervais Auto de Shawinigan.

Kean a donné une leçon de boxe à Braidwood, qui n’a jamais été dans le coup. Tout s’est terminé après une superbe combinaison du Trifluvien qui a gelé le visiteur sur ses deux jambes. L’arbitre Mike Griffin a tenté de s’interposer entre les deux colosses, mais le mal était fait.

Kean a donné une dernière droite à Braidwood, qui a fini la soirée par dessus le dernier câble du ring. Le «Grizzly» porte maintenant bien son nom. Il n’a fait qu’une bouchée de son adversaire.

Le Grizzly n'a fait qu'une bouchée de son rival - TVA Sports

Pour la suite de sa carrière, il devait passer ce test et il l’a réussi avec brio.

«Je suis heureux. J’ai pu mettre un point d’exclamation sur ce combat qui était attendu, a affirmé Kean. J’ai prouvé au monde que j’étais 100 fois meilleur que lui. J’ai dominé sur toute la ligne. C’est ça que je vaux. Je suis content. Je suis fier.»

De son côté Braidwood a reconnu que Kean est simplement trop fort pour lui.

«Il était le meilleur homme dans le ring ce soir [samedi], a indiqué le Britanno-Colombien, qui veut revenir dans le ring dès septembre. Je crois que c’est l’expérience qui a fait la différence dans ce combat. Je devrai être meilleur à mon prochain duel.»

Ulysse va à l’école

On croyait qu’Yves Ulysse se dirigerait vers une victoire facile contre le Vénézuélien Ernesto Espana. Mais le protégé d’Eye of the Tiger Management a eu plutôt une soirée de travail compliquée.

Ulysse (16-1, 9 K.-O.) a négocié avec le jab répétitif, mais peu puissant d’Espana (13-2, 12 K.-O.) de la première à la dernière seconde. Il est parvenu à placer les meilleurs coups de l’affrontement pour signer un gain par décision unanime (100-90 x 2 et 99-91).

Ulysse a ainsi mis la main sur un titre mineur WBC des super-légers. Ç’a été un combat d’apprentissage pour lui et ça lui servira pour la suite de sa carrière. On peut être assuré que ses entraîneurs ont pris des notes.

Espana n’avait pas un style orthodoxe et il n’a jamais donné la possibilité d’avoir des attaques soutenues.

«Il est grand et j’ai tenté de l’affaiblir avec des coups au corps. C’était comme un piranha qui n’arrête pas de mordre, a affirmé Ulysse. Il avait des tentacules.»

Pratte victorieux

Avant les deux combats principaux de la soirée, François Pratte (7-0) a fait plaisir à ses partisans en l’emportant par décision unanime contre l’Albertain Éric Taylor (8-2-2, 4 K.-O.).

Le Trifluvien a dominé clairement quatre des six rounds d’action et il n’a pas laissé de marge de manœuvre à Taylor. Au début de la semaine, le promoteur Camille Estephan a promis un contrat de cinq combats à Pratte s’il l’emportait samedi au Centre Gervais Auto.

La question qu’on peut se poser: est-ce qu’il en a fait assez pour obtenir sa récompense? On devrait le savoir dans les prochains jours.

De l’opposition

En sous-carte, les boxeurs d’EOTM ont eu une bonne opposition. Le «matchmaker» Stéphane Loyer a trouvé des adversaires qui ont permis de faire travailler les pugilistes de Camille Estephan.

Dans le premier duel de la soirée, Sadriddin Akhmedov (3-0, 3 K.-O.) a pris son temps pour défaire le Mexicain Gustavo Garibay (13-11-2, 5 K.-O.) par knock-out. Le tout s’est terminé au cinquième round alors que l’arbitre Steve St-Germain a mis fin au combat.

De son côté, Artur Ziyatdinov (6-0, 5 K.-O.) a eu un duel d’apprentissage contre Mario Aguilar (18-5, 16 K.-O.). Le Montréalais d’origine russe a été impliqué dans plusieurs échanges musclés, dont un où il a eu les jambes molles au premier assaut. Par la suite, il a été dominant avec une bonne sélection de coups, mais Aguilar a refusé de plier l’échine.

Nurzat Sabirov (7-0, 6 K.-O.) n’a laissé aucune chance à Guillermo Romero (12-7, 9 K.-O.) et il est parvenu à le liquider en quatre rounds.

Finalement, Andranik Grigoryan (7-0, 1 K.-O.) a encore démontré l’étendue de son talent dans un combat qui ne passera pas à l’histoire. Il l’a emporté par décision unanime contre Daniel Olea (13-5-2, 5 K.-O.).