BBA-SPO-HOUSTON-ASTROS-V-NEW-YORK-YANKEES

Photo : Giancarlo Stanton, des Yankees de New York. Crédit : AFP

Baseball - MLB

Frappe et court : «Powerball»

Frappe et court : «Powerball»

Denis Casavant

Publié 11 juin 2018
Mis à jour 11 juin 2018

PAR DENIS CASAVANT

______________

Le baseball majeur a connu plusieurs époques. Avant l'arrivée de Babe Ruth, on avait surnommé cette époque la Dead Ball Era. Entre 1900 et 1919, les lanceurs dominaient et il y avait très peu de circuits.

Il y a bien sûr eu l'époque des stéroïdes à partir de la fin des années 1980. Le point culminant fut la saison 1998, quand Mark McGwire a frappé 70 circuits et Sammy Sosa 66. Trois ans plus tard, Barry Bonds a établi une nouvelle marque avec 73 longues balles.

Nous voici en 2018. Depuis deux saisons, une nouvelle tendance : circuits ou retraits au bâton. Les frappeurs tentent de soulever la balle alors que les lanceurs tentent de lancer le plus fort possible. J'ai finalement trouvé un surnom pour le baseball d'aujourd'hui : Powerball.

Crédit photo : AFP
Bryce Harper, des Nationals de Washington.

a) En 2017, le baseball majeur a établi une nouvelle marque avec 6105 circuits, brisant l'ancienne marque de 5693 circuits frappés en 2000.

b) Avant les matchs de lundi, les lanceurs avaient obtenu plus de retraits au bâton (16 615) qu'ils avaient concédé de coups sûrs (16 223). Si la tendance se maintient, ce serait la première fois qu'une saison prend fin avec plus de «RAB» que de coups sûrs.

c) En 2000, lorsqu'on avait établi le précédent record de circuits, les frappeurs avaient été retirés sur trois prises 31 356 fois. La saison dernière, il y a eu un nombre record de 40 104 retraits sur des prises. C'était la première fois qu'on dépassait le plateau des 40 000 retraits au bâton en une saison. C'était également la 10e saison de suite qu'on brisait le record pour les retraits au bâton.

d) Le baseball est en transition... Plus de circuits, plus de retraits au bâton, plus de buts sur balles et moins de balles en jeu. Le commissaire Rob Manfred veut réduire la durée des matchs, mais le problème est plutôt qu'il y a moins d'action au cours d'un match de trois heures.

Crédit photo : AFP
Rob Manfred, commissaire du baseball majeur.

e) Une autre conséquence du powerball est qu'il y a moins de stratégies. On voit moins de buts volés, de frappe et court et d'amortis-sacrifices. L'an dernier, il y eu un total de 925 amortis-sacrifices. Il y a 40 ans, lors de la saison 1978, c'était le double : un total de 1986 amortis avaient été déposé.

f) Même chose pour les buts volés, avec 3421 buts volés en 1999 contre 2527 la saison dernière. Les gérants hésitent à utiliser l'amorti-sacrifice ou le but volé, préférant jouer la grosse manche. Pourquoi concéder un retrait lorsque le frappeur suivant peut frapper un circuit?

g) Commentaire intéressant il y a quelques semaines de Manfred. Depuis 2008, 27 des 30 équipes se sont qualifiées pour les séries d'après-saison. Les Mariners (2001), les Marlins (2003) et les Padres (2006) sont les trois équipes qui n'ont pas participé aux séries depuis 10 ans. Donc, il y a une certaine forme de parité même s'il n'y a pas de plafond salarial. Évidemment, le match sans lendemain entre les équipes repêchées fausse un peu les données.

h) Les Mariners pourraient mettre fin à cette disette puisqu'ils sont à égalité avec les Astros au premier rang de l'ouest de l'américaine. Curieusement depuis la blessure et suspension de 80 matchs à Robinson Cano, les Mariners ont un dossier de 19-7.