Repêchage LNH

Dahlin : «J'ai juste hâte de connaître ma destinée»

Elizabeth Rancourt / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Si le nom Rasmus Dahlin est automatiquement associé aux Sabres de Buffalo, détenteurs du tout premier choix au prochain repêchage, le défenseur de 18 ans ne saute pas aux conclusions.

Voyez le reportage d'Elizabeth Rancourt dans la vidéo, ci-dessus.

Même s'il y a 0,0001% de chances qu'il ne soit pas sélectionné par cette équipe au premier tour de l’encan à Dallas, le 22 juin prochain, le Suédois de 6 pi 2 po et 181 lb préfère rester prudent.

«Quand ma saison s'est terminée j'ai commencé à réaliser que je pourrais me retrouver parmi les meilleurs espoirs au repêchage. J'ai très hâte. Je ne sais pas à quoi m'attendre, mais je serai très fier», a-t-il confié dans une entrevue accordée à TVA Sports.

«J'ai juste hâte de connaître ma destinée.»

Pour Dahlin, l’avenir est presque assurément à Buffalo : une ville qu'il a d’abord visitée au championnat mondial de hockey junior en décembre dernier, lorsque la Suède a gagné le bronze.

Puis le grand défenseur a redécouvert les splendeurs de Buffalo lors de son passage la semaine dernière au camp d’essai («Combine») de la LNH.                                                                            

«On est allé manger en ville, c'était bien. Je sais que les partisans à Buffalo sont incroyables. Tout le monde aime le hockey ici. Ça me semble une très bonne ville de hockey avec une bonne équipe.»

Il fait fi de la pression

Considéré comme un surdoué, la pression est énorme pour Dahlin, qui aura comme dure mission de stabiliser la ligne bleue des Sabres.

Question d'en rajouter un peu, il deviendra le premier Suédois à être sélectionné au tout premier rang du repêchage de la LNH depuis que les Nordiques de Québec ont appelé Mats Sundin au podium à l’encan de 1989.

Quoi qu’il en soit, le sympathique défenseur n'a pas peur de la pression ni de l'attention médiatique à laquelle il aura droit, même qu’il a hâte de jouer en Amérique du Nord!

«J'aime jouer ici, car le jeu est plus rapide et la glace est plus petite. On est plus proche des joueurs en zone défensive. C'est même plus facile, je trouve.»

La folie Dahlin commencera en juin et reprendra en septembre, lorsqu’il donnera ses premiers coups de patin au camp d’entraînement de l’équipe qui s’appropriera ses services.