Crédit : Getty Images/AFP

Repêchage LNH

Le 3e choix du CH dans la mire des Coyotes?

Publié | Mis à jour

À savoir si les Canadiens de Montréal pourraient conclure une transaction sur le plancher du repêchage, le 22 juin, Trevor Timmins a employé une curieuse métaphore à Buffalo, la fin de semaine dernière.

«Nous arrivons tous à la danse en tant que célibataires, mais on doit tous trouver quelqu’un avec qui danser sur le plancher», a imagé l’adjoint au directeur général du CH à l’occasion du camp d’essais de la LNH («Combine»).

Mais le Tricolore pourrait avoir un, voire plusieurs partenaires pour s’engager dans une valse, puisqu’il possède la troisième sélection de l’encan et qu'un rang du top 3, ça vaut de l'or.

Selon le site The Athletic, l’équipe qui détient le cinquième choix au total aurait possiblement approché le DG Marc Bergevin dans l’intérêt d’améliorer sa position : les Coyotes de l’Arizona.

«Parmi les équipes avec lesquelles je crois qu’ils ont discuté, il y a Montréal», écrit le chroniqueur Pierre Lebrun.

«Dépendamment de ce que l'Arizona serait prêt à payer, en plus des choix au repêchage, ce scénario pourrait être logique pour les Canadiens s’ils pensent repêcher un joueur de centre à un rang inférieur.»

Entre-temps, le DG des Coyotes John Chayka tente de s’entendre avec le défenseur gaucher Oliver Ekman-Larsson, à qui il aurait offert un nouveau pacte de huit ans et plus de 8 millions$ par année.

Les deux camps ne pourront finaliser une entente avant le 1er juillet, puisque le Suédois de 26 ans est sous contrat pour la prochaine campagne. Il sera donc intéressant de voir si ce dossier aura progressé d’ici la séance du repêchage à Dallas.

Parmi les besoins pressants du Bleu-blanc-rouge, Bergevin doit dénicher au moins un joueur de centre capable de pivoter les deux premiers trios, embaucher un défenseur pour jouer à gauche de Shea Weber et décider que faire du capitaine Max Pacioretty, qui a fait l'objet de plusieurs rumeurs de transactions lors de la dernière saison.

Le DG montréalais a assuré que son choix de premier tour n'est pas à vendre, à moins bien sûr qu'il reçoive une offre irrésistible.

Outre les Coyotes, les Red Wings de Detroit, qui parleront du sixième échelon dans deux semaines, se sont dits ouverts à échanger leur choix de premier tour.