Repêchage LNH

La version 3.0 des Tkachuk, la plus complète?

Elizabeth Rancourt / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Si Marc Bergevin est à la recherche d'un grand attaquant costaud qui sait bien distribuer la rondelle, Brady Tkachuk est son homme. L'ailier gauche de 18 ans est le deuxième meilleur espoir nord-américain en vue du repêchage.

Voyez le reportage d'Elizabeth Rancourt dans la vidéo, ci-dessus.

Il y a eu Keith, il y a Matthew et il y aura Brady. Certes, le directeur général des Canadiens de Montréal peut orienter son choix en tenant compte des parcours du père et du frère, porte-couleurs des Flames de Calgary.

Le hockey, c'est décidément une histoire de famille pour les Tkachuk. Keith a accroché ses patins après 1200 matchs dans la LNH.

«Je trouvais ça tellement "cool" quand j'étais jeune de suivre mon père à l'aréna pour ses entraînements et ses matchs. C'était incroyable de le voir jouer», a confié le cadet lors d’une entrevue accordée avec TVA Sports.

Matthew, repêché au premier tour en 2016, a amassé 97 points en 144 matchs joués depuis que les Flames ont jeté son dévolu sur lui avec la sixième sélection au total en 2016.

«Matthew a été un modèle à suivre. Il est passé par là il y a deux ans. Il me donne des conseils.»

Saine compétition entre Tkachuk

De nature très compétitive, Brady a l'occasion d'être sélectionné dans le top 5 à Dallas, le 22 juin prochain, soit avant son père, 19e au total en 1990, et son frère, sixième joueur sélectionné en 2016.

«Ce n'est pas une compétition, mais un peu en même temps, explique-t-il. On est toujours là les uns pour les autres.

«On est tellement heureux de nos succès respectifs. Mais on est compétitif. Mon père aimerait bien ça que je sorte avant lui.»

Est-ce que Brady est la version 3.0 des Tkachuk? Peut-être, mais une chose est sure : la pomme n'est pas tombée très loin de l'arbre.

Un joueur complet

À l'image de son paternel, Brady est robuste tout en étant capable de bien distribuer la rondelle.

«Mon jeu robuste et mon sens de la compétition. C'est ce qui me distingue des autres. Je n'ai pas peur de m'impliquer physiquement. Et j'ai plusieurs atouts offensifs.»

Le capitaine de l'équipe américaine des moins de 18 ans a remporté l'or au Championnat du monde en 2017 et la médaille de bronze cette année au tournoi junior.

S'il n'a pas connu une première saison mémorable avec l'Université de Boston (huit buts et 31 points en 40 rencontres), il apprécie ses cours en communication. Il est sans contredit le plus extraverti des Tkachuk!