Panthers vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Karl Alzner très jaloux des Capitals

Publié | Mis à jour

Lorsqu’il a décidé de parapher un contrat de cinq ans et 23,125 millions $ avec les Canadiens de Montréal, le défenseur Karl Alzner croyait améliorer ses chances de remporter la coupe Stanley. 

Il se libérait après tout d'un poids, celui de la malédiction des Capitals de Washington en séries éliminatoires.

«Je veux gagner, avait expliqué le vétéran. Ça devenait frustrant d'être constamment éliminé au deuxième tour.»

Ces paroles viennent aujourd’hui le hanter sachant que les Capitals sont à une victoire d’enlever les grands honneurs. 

Alzner, qui a été sélectionné au cinquième rang par la formation de la capitale américaine au repêchage de 2007, n’a pas caché qu’il est très envieux de ses anciens coéquipiers.

«Je suis super jaloux, a-t-il confié sur les ondes de la radio Sportsnet 960 The Fan, mercredi. Tu es jaloux de n’importe quelle équipe qui remporte la coupe. Que tu connaisses quelqu’un dans l’équipe, ou que tu aies perdu contre celle-ci, ça n’a pas d’importance. Tu veux cette chance.»

L'athlète de 29 ans a noué des liens avec plusieurs joueurs durant ses neuf saisons à Washington. Leurs succès lui amènent un certain réconfort.

«Je connais pas mal tout le monde dans cette équipe, mais j’y compte 10-15 très bons amis. De les voir si proches du but, c’est au moins un bon sentiment. Je connais les difficultés que ce club et cette ville ont vécues et je suis en bonne position pour comprendre toute la joie qui est ressentie. C’est un "bonus" pour moi, quelque chose qui m’apaise.»   

Évidemment, Ovechkin a l'occasion de cristalliser sa place parmi les légendes, mais Alzner ne veut pas passer sous silence les accomplissements d’un joueur dans l’ombre, Jay Beagle.

Beagle, fait remarquer Alzner, pourrait devenir le premier joueur de l’histoire à gagner la Coupe Kelly (ECHL), la Coupe Calder (LAH) et la Coupe Stanley (LNH).

«On ne parle pas assez d’un gars comme lui qui a dû se battre pendant toute sa carrière pour en arriver là. Et il a eu une sacrée carrière.»