Repêchage LNH

Zadina rêve à Montréal et... Plekanec

Elizabeth Rancourt / TVA Sports

Publié | Mis à jour

Filip Zadina est loin de s'être démarqué aux évaluations physiques, samedi dernier, lors du camp d’essais, le «Combine», à Buffalo. Sur un total de 20 épreuves, son nom n'est apparu qu'une fois dans le top 25.

Par contre, à l’examen d'agilité et de rapidité, il a terminé 14e sur les 104 joueurs invités. Rien d'incroyable, certes, mais c'est sur la glace que l'ailier tchèque des Mooseheads de Halifax se démarque avec son profil de marqueur naturel.

Son tir dévastateur est surement ce qui le distingue du meilleur espoir à l'attaque, le Russe Andrei Svechnikov, à qui on le compare très souvent.

«Nous sommes des joueurs semblables. Il est incroyable, a raconté Zadina lors d'un entretien avec TVA Sports. Il a un bon lancer et il patine bien. Ce sera difficile pour les équipes de choisir entre nous deux.»

Hasard ou non, Zadina est classé troisième meilleur espoir nord-américain répertorié par la Centrale de recrutement de la LNH en vue du prochain repêchage. Et qui parlera du troisième rang à Dallas? Le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin.

«J'ai eu une bonne saison dans la LHJMQ, j'aimerais rester proche du Québec. Montréal serait une destination parfaite!»

Les Hurricanes se laisseront-ils tentés?

Les Hurricanes de la Caroline parleront avec la deuxième sélection à Dallas, tout juste avant le Tricolore. Seront-ils tentés de réunir Filip Zadina à Martin Necas, le jeune tchèque qu'ils ont repêché l'an dernier?

«On a bien joué ensemble à Buffalo au Championnat mondial junior. Mais honnêtement, ça ne veut rien dire pour l'équipe qui me choisira.»

Mais si les Hurricanes passent leur tour et que Montréal le sélectionne au troisième rang, Zadina a un rêve en tête.

Plekanec «veut tellement revenir»

Aux yeux du jeune ailier, jouer avec son idole de jeunesse Tomas Plekanec, avec qui il discute très souvent dernièrement, serait la plus belle façon de commencer sa carrière professionnelle.

«Il veut tellement revenir à Montréal, assure-t-il. J'aimerais jouer avec lui. Il serait comme mon deuxième père! Il m'aiderait. On s'amuse à penser qu'on pourrait tous les deux aboutir à Montréal! Ce serait super! On verra.»

En effet, on saura dans quelques semaines si Filip Zadina devra ou non, pratiquer son français!