SPO-HKO-HKN-2018-NHL-STANLEY-CUP-FINAL---GAME-ONE

Crédit : AFP

Séries 2018

Une pression arrière qui donne des maux de tête

Publié | Mis à jour

À leur deuxième présence en finale de la coupe Stanley, les Capitals sont toujours en quête d’une première victoire.

S’ils souhaitent ne pas retourner dans la capitale américaine en déficit de deux victoires, ils devront certainement apporter quelques ajustements.

«Il faut travailler profondément dans leur territoire. C’est un peu le même principe à chaque match, direz-vous, mais contre certaines équipes, c’est plus important», a indiqué Jay Beagle.

«Contre certaines équipes, il est possible d’obtenir des occasions sur notre erre d’aller. Contre eux, c’est plus difficile. La pression arrière est forte. Je n’ai jamais vu une équipe se replier autant», a poursuivi l’attaquant des Capitals.

Pas surprenant que les gros canons, comme Alex Ovechkin, aient éprouvé des ennuis à se rendre justice.

«Ce ne fut pas notre meilleur match. On doit jouer mieux en territoire neutre, trouver une façon de contrôler davantage la rondelle. Et surtout, il faut passer plus de temps près de leur filet», a déclaré le capitaine des Capitals, limité à deux tirs lors du premier match.

L’occasion ratée d’Eller

Puisque Marc-André Fleury n’est pas du genre à accorder quatre buts régulièrement, les Capitals devront profiter des occasions qui se présentent à eux.

Un filet ouvert, comme celui qu’a raté Lars Eller, avec une quarantaine de secondes à écouler à la rencontre, est à éviter.

«Il y a des malchances en saison et en séries. Donnez-moi 100 occasions comme celle-là et je mettrai la rondelle dans le filet 99 fois», a déclaré le Danois.

À la défense de l’ancien joueur du Canadien, Brayden McNabb lui a servi tout un coup de bâton au moment où la rondelle se présentait à ses pieds.

«J’ai senti son bâton. Ce geste a quelque peu modifié mon élan. Toutefois, j’aurais dû quand même être en mesure de pousser la rondelle dans le filet», a décrit Eller, refusant de se servir de l’intervention de McNabb comme excuse.

Au plan défensif, il y a également du travail à faire. Les arrières des Capitals ont parfois paru désemparés autour du filet de Braden Holtby.