Destination Coupe Stanley

Bergeron croit «plus ou moins» Bettman

Publié | Mis à jour

Sans se dissocier des propos de Jeremy Jacobs sur le retour des Nordiques de Québec, Gary Bettman a insisté que propriétaire des Bruins de Boston parlait en son propre nom, lundi, lors de son point de presse à Las Vegas.

Jacobs a fait couler beaucoup d’encre lors de son bilan de fin de saison lorsqu’il a émis des déclarations sur la candidature de Québec, dans le dossier de l’expansion.

«C’est un défi pour Québec... pour être poli. Du point de vue des revenus et de la population, il n’y a probablement pas de plus petit marché. Donc, Québec devra se distinguer d’une autre façon», a-t-il soutenu au cours des dernières semaines.

Le commissaire de la Ligue nationale de hockey a aussi rappelé que peu importe l’influence du personnage, qui agit comme président du conseil des gouverneurs, l’homme de 78 ans n’a qu’un seul vote pendant les séances, une affirmation qui fait douter l'ex-instructeur du Fleurdelysé Michel Bergeron.

«J'achète plus ou moins [les propos de Bettman]», a-t-il laissé savoir à l'émission «Destination Coupe Stanley».

Pour Mike Bossy et l’attaquant Maxime Talbot, qui a porté les couleurs des Bruins avant de s’exiler en Russie, Jacobs «en mène large» et son «vote a beaucoup d’influence».

«Gary Bettman a tout à gagner en nous laissant dans l’ombre. En ce qui est des gens de Québec, il ne veut pas décevoir personne», souligne Talbot. Il veut prouver que la Ligue nationale et ses concessions vont bien.»

«Il ne faut pas oublier non plus que Bettman représente les 31 propriétaires», a rappelé Bettman.

Écoutez les commentaires de Michel Bergeron, Mike Bossy et Maxime Talbot dans la vidéo, ci-dessus.