SPO-MOT-IRL-102ND-RUNNING-OF-THE-INDIANAPOLIS-500

Crédit : AFP

Indycar

Will Power remporte l’Indy 500

Publié | Mis à jour

La 11e tentative aura été la bonne pour Will Power qui a enfin remporté les 500 Milles d’Indianapolis dimanche.

Brillant en fin de parcours, le vétéran de 37 ans s’est emparé de la tête à quatre tours de l’arrivée pour s’imposer lors de cette épreuve mythique que tout pilote de la série IndyCar rêve de gagner.

L’Australie peut se vanter d’avoir vu deux de ses représentants remporter, à quelques heures d’intervalle, les deux épreuves les plus prestigieuses sur la planète. Son compatriote Daniel Ricciardo avait fait de même à Monaco un peu plus tôt.

Le pilote montréalais Zachary Claman De Melo, à sa toute première expérience au Indy 500, a dû se contenter du 19e rang. L’autre Canadien inscrit à la course, le Torontois Robert Wickens, qui en était lui aussi à ses débuts sur l’ovale de deux milles et demi, a fait mieux en ralliant l’arrivée à la neuvième position.

Classé deuxième en 2015, Power s’est toujours demandé si un jour il allait finalement parader dans le cercle du vainqueur à Indianapolis.

«J’ai gagné des courses dans le passé, mais jamais la plus importante, a-t-il déclaré. Maintenant, c’est fait. Mais honnêtement, je n’y crois pas encore.»

Power, porte-couleurs de l’écurie Penske, a devancé l’Américain Ed Carpenter, détenteur de la position de tête, par un peu plus de trois secondes. Le Néo-Zélandais Scott Dixon puis les Américains Alexander Rossi et Ryan Hunter-Reay ont suivi dans l’ordre. 

Un accident pour Patrick 

Danica Patrick a quant à elle terminé sa carrière de pilote automobile sur une note amère alors qu’elle n’a pas été en mesure de compléter l’épreuve.

La coureuse automobile de 36 ans a perdu le contrôle de son véhicule au 68e tour. Elle a fait un tête-à-queue avant de frapper le mur et de traverser la piste à reculons. Elle ne semblait pas blessée lorsqu’elle est sortie de son bolide.

Elle était en milieu de peloton au moment de l’accident.

Patrick avait annoncé plus tôt cette année que l’Indy 500 serait la dernière course de sa carrière. Elle est la seule femme à avoir remporté une course en série IndyCar et à avoir décroché la pole au Daytona 500.

«Je me suis amusé»

Si Claman De Melo souhaitait obtenir un meilleur résultat, il s’est dit très satisfait de sa première présence au Indy 500.

«Je me suis amusé, a-t-il fait savoir, même si je pense qu’on aurait pu faire mieux. Notre équipe [Dale Coyne Racing] a adopté une stratégie audacieuse qui n’a pas été fructueuse à la fin.»

«Un autre drapeau jaune aurait sans doute amélioré notre sort», prétend-il.

En restant sur la piste pendant une interruption, le pilote montréalais de vingt ans a vécu de belles sensations quand il a mené le peloton pendant quelques secondes au 56e tour. Les réjouissances ont été toutefois de courte durée...