Crédit : AFP

Séries 2018

Un nouveau nom sur la coupe Stanley

Publié | Mis à jour

Gary Bettman aime bien vanter la parité de son circuit. On a beau ne pas toujours être d’accord avec lui, mais sur ce point, le commissaire de la LNH a parfaitement raison.

Depuis le lock-out de 2005, celui qui a mené à l’imposition du plafond salarial, 18 équipes ont atteint la ronde ultime.

Du groupe, seulement cinq y sont parvenus plus d’une fois : Pittsburgh (4 fois), Chicago (3), Boston (2), Detroit (2) et Los Angeles (2).

De plus, au cours des deux prochaines semaines, les Golden Knights de Vegas et les Capitals de Washington tenteront de devenir la 19e équipe active du circuit à voir son nom être gravé au moins une fois sur la coupe Stanley.

«Ovi» dans le club des patients

Il s’agira de la sixième finale de l’histoire du circuit à opposer deux formations n’ayant toujours pas de titre à leur actif. Les Ducks d’Anaheim et les Sénateurs d’Ottawa, en 2007, ont été les deux dernières équipes à faire les frais d’une finale du genre.

L’histoire «Cendrillon» des Knights tend à faire oublier un autre conte de fées : celui d’Alex Ovechkin, dont la patience pourrait enfin être récompensée.

Advenant un sacre des Capitals, Ovechkin deviendrait le 16e joueur à avoir dû patienter au-delà de 1000 matchs de saison régulière avant de finalement pouvoir poser ses lèvres sur la coupe.

À 1003 matchs, le capitaine des Capitals est loin des 1619 joutes de Raymond Bourque, mais l’attente doit sembler aussi longue que celle de la princesse dans La Belle au bois dormant ayant attendu pendant 100 ans le baiser du prince charmant.

De nos jours, la grandeur de l’héritage que laisse un joueur est souvent déterminée par son nombre de championnats. C’est injuste lorsque l’on regarde les statistiques compilées par des joueurs tels Marcel Dionne, Gilbert Perreault et Dale Hawerchuk.

Quant à Ovechkin, ses 1122 points le placeraient au septième rang des marqueurs ayant obtenu le plus de points avant de soulever le grand saladier d’argent. Devant lui se trouvent Bourque (1579), Steve Yzerman (1340), Dave Andreychuk (1320), Luc Robitaille (1288), Denis Savard (1192) et Teemu Selanne (1135).

Exploit vieux d’un siècle

Pour revenir aux Golden Knights, on sait tous que leur épopée n’est pas banale. Établis à 500 contre 1 au début du calendrier régulier pour remporter les grands honneurs, les voici à seulement quatre victoires de déjouer les pronostics.

Ce faisant, ils réaliseraient un exploit jamais répété au cours des 100 dernières années. En 1918, les Arenas de Toronto, qui allaient quelques saisons plus tard devenir les Maple Leafs, avaient remporté la coupe Stanley à leur toute première saison dans la Ligue nationale.

Un exploit beaucoup moins reluisant que celui que représenterait une victoire des Knights, étant donné qu’il s’agissait de la saison inaugurale de la LNH.

Cela dit, la troupe de Gerard Gallant pourrait devenir la 12e de l’histoire à soulever le précieux trophée dès sa première présence en finale. Le Lightning de Tampa Bay, en 2004, constitue la dernière équipe à y être parvenue.