Destination Coupe Stanley AM

«Le commissaire est au courant de tout ce qui se passe» - Stephen Bronfman

Publié | Mis à jour

Le groupe qui travaille au retour du baseball majeur à Montréal a tenu cette semaine des consultations avec 100 personnes et 15 PDG d’entreprise. L’homme d’affaires montréalais Stephen Bronfman, qui fait partie de ce groupe, a d’ailleurs pris part à ces discussions et s’est dit enchanté du résultat.

Bronfman avait d’ailleurs tenu à remercier tout le monde impliqué dans le processus, jeudi, ajoutant que les PDG avaient été tous rencontrés individuellement.

Dans une entrevue accordée à l’émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports, vendredi, Bronfman est revenu sur les consultations et sur le fait que le commissaire du baseball majeur, Rob Manfred, est bien au courant du travail du groupe montréalais.

«Le commissaire est bien au courant de tout ce qui se passe, a souligné Bronfman. De notre côté, on est très transparent avec nos informations. On fait toujours ça.»

L’homme d’affaires n’a été qu’enthousiaste des réponses qu’il a obtenues de ces consultations, tenues mardi et mercredi au centre-ville.

«C’est très intéressant et c’est de cette manière que l’on bâtit notre plan d’affaires, a confié Bronfman. C’est de savoir ce que les amateurs et les hommes d’affaires veulent et comment ils pensent.

«Il y a plusieurs craintes parce que ça ne s’est pas très bien terminé (la dernière fois). Toutes les informations qui sont sorties de ça, soit les PDG ou soit les amateurs, c’était très positif. Les gens sont prêts à embarquer là-dedans.»

Toutefois, les amateurs ont assurément plusieurs réserves quant au retour du baseball à Montréal, notamment sur le dossier du stade et sur la capacité des partisans d’être présents pendant les 81 matchs à domicile, dont plusieurs seront présentés en avril, dans le possible froid et les possibles neige et pluie.

«À Montréal, ce n’est pas un problème de neige ou de pluie, c’est le froid, a continué Bronfman. Cette année, particulièrement, il y a eu beaucoup d’annulations sur la côte Est en raison d’un printemps très, très froid partout. On pourrait chauffer le plancher du terrain, mais il faut penser au coût. Quand on parle d’un toit rétractable, on commence à parler de gros sous. Il faut regarder toutes les options.»

Un sport familial

Bronfman devra également faire face au vieillissement du partisan moyen, qui est en ce moment de 59 ans. Les jeunes sont donc la clientèle cible.

 «Le baseball a toujours été un sport familial, a analysé Bronfman. Les gens aiment y aller, c’est un sport d’été, c’est relax. Pour les hommes d’affaires, c’est un sport où l’on peut parler avec nos clients. Et c’est un sport où l’on peut parler avec nos amis. J’adore le hockey, mais on ne parle pas pendant les périodes parce que c’est très intense. Les gens parlent un petit 15 minutes pendant les entractes. Le baseball, c’est une vibe beaucoup plus douce et c’est attirant.

«Montréal adore les événements. Si le baseball majeur revient à Montréal et si on est dans une section avec Boston, avec les Yankees, ça, ce sont des vedettes. Et les gens d’ici adorent les vedettes.»

Expansion ou déménagement

Si le baseball revient à Montréal, la facture pourrait s’avérer salée en cas d’équipe d’expansion. En plus de payer pour les droits d’une nouvelle équipe, il faudra également sortir le chéquier pour la construction d’un nouveau stade.

«Ce n’est pas donné, a réagi brièvement Bronfman.

 «(...) C’est ça qui est difficile. On ne gère pas ça. On prépare le terrain pour n’importe quoi pour avoir le baseball, soit par expansion ou  par déménagement.

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.