Coupe Memorial

Le Titan dans le siège du conducteur

Publié | Mis à jour

La victoire de 6-5 des Pats de Regina, mercredi soir, aux dépens des Broncos de Swift Current, a propulsé le Titan d’Acadie-Bathurst directement en finale du tournoi de la coupe Memorial. Ce match ultime sera joué dimanche soir.

Entre-temps, la demi-finale opposera, vendredi, les Bulldogs de Hamilton aux Pats qui ont éliminé de la compétition leurs rivaux de la Ligue de hockey junior de l'Ouest (WHL) au terme d’une troisième période folle.

«Je ne pouvais demander meilleur scénario: j’aurais la chance de terminer ma carrière junior à la finale de la coupe Memorial», a déclaré le vétéran de cinq saisons et défenseur de 20 ans du Titan, Olivier Galipeau.

Des spectateurs attentifs

Mercredi soir, les Acadiens s’étaient rassemblés pour visionner le duel entre les deux formations de la Saskatchewan. «C’était un match excitant jusqu’à la fin! Les émotions ont pris le dessus lorsque le match s’est terminé. Nous avons été partisans des Pats pendant une soirée, maintenant on redevient partisans du Titan!»

Les Pats de l’entraîneur-chef John Paddock ont offert deux jours de congé supplémentaires aux champions de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ). «Ça fait une différence, car les équipes sont toutes passées à travers d’un long parcours durant les séries éliminatoires.

«Le stress est tellement élevé et la pression grande que le repos fera du bien et nous en profiterons jusqu’à dimanche», a conclu Galipeau.

«Au début de la saison, mon objectif était d’étirer ma saison le plus possible. Je ne peux pas l’allonger plus que ça! La terminer par une victoire, ce serait une cerise sur le sundae!», a dit le capitaine du Titan Jeffrey Viel, un attaquant de 20 ans qui jouera également son dernier match junior en carrière.

Le choix entre deux poisons

Depuis le début du tournoi, les attaquants Sam Steel, des Pats et Robert Thomas, des Bulldogs, ont étourdi les défensives ennemies. Chez le Titan, on n’a démontré aucune préférence pour leur dernier bourreau de la saison 2017-18.

«Ce sont deux excellents joueurs qui joueront fort probablement dans la Ligue nationale de hockey (LNH) dans un proche avenir. Thomas est un attaquant de puissance, rapide et doté d’un excellent tir. Steel est très rapide et rusé. Les deux ont guidé leur équipe jusqu’à Regina. Qu’importe lequel nous affronterons en finale, ce sera un bon test», a mentionné le défenseur Noah Dobson.

«On sera prêt pour le match le plus important de notre vie, a enchaîné Dobson. Tu ne sais jamais si tu auras l’occasion, à nouveau, de jouer pour un championnat.»

Réduire les risques

Dans son point de presse, tenu quelques minutes plus tôt que celui de son homologue du Titan Mario Pouliot, l’entraîneur-chef des Bulldogs John Gruden s’est dit heureux de jouer la demi-finale vendredi.

Son équipe a complété la ronde préliminaire mardi soir.

Pouliot n’a pas voulu amorcer un débat. «On a regardé le match de mercredi avec intérêt. Je vais m’occuper de mon équipe. En bout de ligne, on sauve un match et nous aurons l’opportunité de jouer la finale dimanche», a dit Mario Pouliot, ajoutant que la gestion des journées de congé n’est pas toujours évidente.

Surtout à Regina où les attractions touristiques ne rivalisent pas avec celles de Paris, Rome ou New York.

«Nous aurons l’occasion de pratiquer deux fois (avant la finale) et de bien nous préparer. On a des choses à travailler. Puis, quand tu ne joues pas, tu ne risques pas les blessures et ça permet de guérir des bobos.»

Pouliot n’a pas partagé sa préférence entre les Pats de Steel ou les Bulldogs de Thomas.

«Ce sont deux excellents joueurs repêchés en première ronde. Qu’importe notre adversaire, nous affronterons une bonne équipe, de bons joueurs et nous devrons les avoir à l’œil.

«C’est une chance unique qui s’offre à nous [d’être couronnés champions]. On jouera notre dernier match ensemble. Il y a aura beaucoup de dernière fois pour tout le groupe», a émis Pouliot qui a de nouveau fait appel à son copain Dominique Ducharme pour des conseils à quelques jours du match ultime.