Crédit : AFP

VGK-WIN

Une élimination dure à avaler

Publié | Mis à jour

Deux jours après leur élimination face aux Golden Knights de Vegas en finale de l’Association de l’Ouest, les Jets de Winnipeg ont encore peine à croire que leur formidable saison est maintenant terminée.

Au moment de rencontrer la presse, mardi après-midi, au Bell MTS Centre, certains tentaient encore d’assimiler les événements des derniers jours et des dernières semaines.

«Tu te réveilles encore le matin prêt à aller jouer. C’est la partie difficile. Il y a sept jours, on avait beaucoup d’espoir et d’attentes. Tout a changé en une semaine», a raconté le capitaine Blake Wheeler.

Bien que plusieurs joueurs aient louangé le travail des Golden Knights, cette élimination en cinq matchs est difficile à digérer. D’autant plus que les Jets venaient tout juste de renverser les puissants Predators.

«Tu remportes une série à Nashville, en sept matchs, contre les gagnants du trophée des Présidents. Ensuite, tu gagnes le premier match à Winnipeg [contre les Golden Knights]. Tu te sens comme si tu étais au sommet du monde, a dit Andrew Copp.

«Nous venons juste d’apprendre à quel point la marge d’erreur est mince. C’est fou. Un instant tu mènes 1-0 et quelques jours plus tard, ta saison est finie. On essaie encore d’assimiler tout ça. Nous venons d’apprendre ce que ça prend pour se rendre ici [en finale d’association], mais que c’est encore plus dur de finir le travail.»

Une première

Malgré leur fin de parcours abrupte, les Jets sont tout de même conscients d’avoir réussi quelque chose d’important. De fait, jamais auparavant la franchise n’avait atteint le deuxième tour éliminatoire. D’ailleurs, aucune formation de Winnipeg n’avait réussi à se rendre aussi loin lors du tournoi printanier de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Pendant les séries, toute la ville suivait ce qui se passait. Nous étions en séries en tant que ville. Ç’a été un moment formidable pour tout le monde.

«Vivre tout ça avec des gars que tu côtoies tous les jours, qui sont comme une famille pour toi, c’est très spécial», a commenté Nikolaj Ehlers, qui participait à ses premières séries éliminatoires.

Le gardien Connor Hellebuyck, le défenseur Josh Morrissey, et les attaquants Andrew Copp, Patrik Laine, Jack Roslovic, Kyle Connor, Brandon Tanev et Joel Armia en étaient également à une première expérience.

En début d’année, bien malin aurait pu prédire que ce groupe terminerait la saison au deuxième rang du classement général de la ligue et atteindrait la finale d’association.

«Tout de cette année a été excitant. Dès le camp d’entraînement, il y avait une atmosphère différence dans le vestiaire, a poursuivi Ehlers. Cette équipe avait quelque chose de spécial.»