VGK-WIN

Fleury : «Il y a un mot de trop sur ma casquette»

Publié | Mis à jour

Les Golden Knights ont écrit un autre chapitre à leur conte de fées, dimanche, en accédant à la finale de la Coupe Stanley.

Le gardien Marc-André Fleury, auteur de 31 arrêts face aux Jets de Winnipeg au match no 5 de la finale de l’Association de l’Ouest, aura l’occasion de brandir la coupe pour la quatrième fois de sa carrière.

«Il y a un mot de trop sur ma casquette», a lancé le gardien Marc-André Fleury après l’élimination des Jets à Winnipeg. Si on enlève le mot "conférence"... c’est ça que ça prend.»

 

Fleury : «Il y a un mot de trop sur ma casquette» - TVA Sports

Équipe Cendrillon

Peu nombreux sont ceux qui pouvaient prédire pareil scénario au début du calendrier régulier. Les joueurs repêchés ne font pas exception.

«Personne ne croyait qu’on se rendrait en finale», a laissé tomber l’attaquant québécois des Jonathan Marchessault à TVA Sports, après l’élimination des Jets de Winnipeg au cinquième match de la finale de l’Ouest.

L’équipe Cendrillon jubile, mais les joueurs réalisent qu’ils ont encore beaucoup de travail à faire pour aspirer aux grands honneurs.

«On va l’apprécier jusqu’à minuit. Après on va penser à la finale. C’est ça le plus important. Tous ces gars-là ne croyaient pas qu’on serait à la finale. Nous avons une chance.»

Pierre Édouard Bellemare abonde dans le même sens.

«On ne va pas se mentir. On a réalisé quelque chose d’incroyable. Petit à petit pendant la saison, on a compris qu’on devenait une meilleure équipe», a raconté l’attaquant français.

«Depuis le 21 juin, lorsque [Vegas] m’a sélectionné, à aucun moment  me suis-je dit que j’en serais rendu ici aujourd’hui.»

L’apport de Ryan Reaves

Dans une série où deux des cinq duels ont été gagnés par un seul but, la contribution de chacun a fait la différence. À la fin, c’est le filet de l’agitateur Ryan Reaves - qui est originaire de Winnipeg - qui s’est avéré le but décisif.

«Je suis fier pour lui. Il est à la maison et il joue devant ses cousins qui ont des chandails des Jets», a déclaré Fleury. Ça prouve aussi qu’on en avait besoin.»

L’ailier droit de 31 ans a été acquis des Penguins de Pittsburgh peu avant la dernière date limite des transactions.

«C’est un joueur qui travaille fort depuis son arrivée. Il a trimé dur chaque entraînement, souligne Bellemare. Il a été rayé de la formation pour un moment et il n’a pas pu jouer. Il est demeuré optimiste et il a aidé l’équipe dans les moments difficiles.

«Depuis qu’il est revenu dans l’effectif, il a été incroyable. Ce soir, il nous a fait gagner. Comme quoi le travail rapporte.»

Une fierté énorme pour Perron

Le Sherbrookois David Perron est aussi ravi de l’exploit des Knights, mais il ne veut pas oublier l’objectif ultime.

«On a pris une photo d’équipe avec le trophée [Clarence S. Campbell] dans le vestiaire. Les gars sont contents», a raconté le Québécois.

«On espère soulever le prochain trophée et aller jusqu’au bout.»

Perron vise une première conquête à la prestigieuse finale, une énorme fierté pour lui.

«Il faut voir ce qu’on a accompli, mais encore une fois, notre but est de gagner la coupe. C’est la première fois de ma carrière que j’ai la chance de jouer en finale.

«Je vais m’en rappeler toute ma vie. Ça c’est sûr et certain.»