Crédit : Martin Chevalier / JdeM

VGK-WIN

Lagacé apprend de son mentor

Publié | Mis à jour

À l’instar des Patrick Roy et Martin Brodeur, Marc-André Fleury a été une inspiration pour plusieurs gardiens québécois. Mercredi soir, l’un de ceux qu’il a inspirés se trouvait aux premières loges pour admirer son travail face aux Jets.

«J’avais un siège en première classe», a lancé Maxime Lagacé qui, en raison d’une absence inexpliquée de Malcolm Subban, occupait le rôle d’auxiliaire pour la première fois des présentes séries.

«Il est spectaculaire. J’apprends beaucoup de lui. Je l’observe constamment dans les moindres détails, a indiqué l’athlète de 25 ans à propos de Fleury. Je parle beaucoup avec lui. Il me donne beaucoup de conseils.»

Émerveillé par l’ambiance électrisante qui régnait à l’intérieur du T-Mobile Arena et par les clameurs provoqués par les arrêts spectaculaires de son mentor, le gardien de Saint-Augustin a parfois dû se rappeler lui-même à l’ordre pour parvenir à demeurer concentré.

«Ça fait partie du travail du deuxième gardien de rester prêt à toute éventualité. Avec l’expérience que j’ai eue cette année, ça m’a enlevé un certain stress», a-t-il expliqué.

Occasion inespérée

Après avoir roulé sa bosse dans l’organisation des Stars de Dallas entre la ECHL et la Ligue américaine pendant cinq ans, Lagacé a obtenu une occasion inattendue avec les Golden Knights de Vegas.

Avec Fleury, Subban et Oscar Dansk sur la touche, il a été appelé à garder 16 matchs au cours de la saison régulière.

«Je ne m’attendais pas à ça. J’étais déjà content de signer avec les Golden Knights. Surtout après la saison que j’avais connue l’année d’avant.»

En 32 départs avec les Stars du Texas, de la Ligue américaine, Lagacé avait maintenu un dossier de 11-12-3, une moyenne de buts alloués de 3,56 et un taux d’efficacité de ,883.

Rien de bien convaincant, effectivement.

Nouveau départ

Sauf que comme tous les prospecteurs s’étant rués vers le Far West au XIXe siècle, Lagacé a vu en l’offre des Golden Knights l’occasion de repartir en neuf.

«Quand on m’a offert de signer ici, j’ai sauté sur l’occasion. J’avais l’impression que tout le monde commençait sur le même pied, a-t-il raconté. Alors, lorsqu’on m’a donné la chance d’embarquer dans un match, c’était plus que tout ce que j’avais espéré.»

Maintenant, ce qu’il espère, c’est d’avoir suffisamment bien fait pour mériter un autre contrat.