SPO-IMPACT-REVOLUTION-MLS

Photo : Rémi Garde, entraîneur-chef de l'Impact. Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Impact de Montréal

Le spectre Jesse Marsch

Le spectre Jesse Marsch

Fréderic Lord

Publié 15 mai 2018
Mis à jour 15 mai 2018

PAR FRÉDÉRIC LORD

_________________

Un problème structurel. C’est ce que je réponds quand on me demande mon avis sur les déboires de l’Impact.

Pour certains, cette réponse peut sembler floue, voire ésotérique. Un cas de figure peut, à mon avis, aider à clarifier ma position : celui de Jesse Marsch.

Comment se fait-il qu’un entraîneur comme lui peut être jeté à la poubelle aussi prestement et connaître autant de succès ailleurs?

En 2012, il ne faisait plus l’affaire pour l’Impact. Après avoir mené cette équipe d’expansion aux portes des séries éliminatoires, les deux parties ont décidé de couper les ponts après une semaine de discussions houleuses.

Qu’a fait Marsch après avoir quitté son emploi? A-t-il étudié avec Pep Guardiola? A-t-il assisté aux séminaires de Sir Alex Ferguson à Harvard?

Non, il a fait le tour du monde avec sa famille.

Bref, c’est le même entraîneur (peut-être pas le même homme, ça reste à voir) avec le même bagage technique qui a pris les rênes des Red Bulls de New York en 2015.

Il a hérité d’une équipe qui avait fini en quatrième place de l’Est l’année précédente, qui devait pallier au départ de son icône Thierry Henry, pour l’amener à gagner le championnat, le Supporter’s Shield, dès sa première saison à la barre de l’équipe.

En ce sens, voici un tableau comparatif des performances des Red Bulls et de l’Impact durant cette période.

Points par saison des Red Bulls de New York et de l'Impact de Montréal de 2015 à 2018
SAISON RED BULLS IMPACT
2015 60* 51
2016 57** 45
2017 50 39
2018 18 9
* Supporter’ Shield
** Premiers au classement de l’Association de l’Est
(NB : Durant cette période, l’Impact a atteint la finale de la Ligue des champions... Les Red Bulls sont passés à un but de cette même finale.)
Jesse Marsch
Crédit photo : Agence QMI

Mon analyse ici n’a pas comme objectif d’élever Marsch au rang des plus grands entraîneurs de l’histoire. Au contraire, à son passage avec l’Impact, il a commis plus d’un faux pas.

Le nœud du problème, il est là : personne n’est parfait!!! Avec les Red Bulls, il commet encore des erreurs, il ne prend pas toujours les bonnes décisions, mais son club produit et nous avons devant nos yeux la meilleure version de Jesse Marsch.

Est-ce que l’Impact est en mesure, comme organisation, de révéler «la meilleure version d’un entraîneur»... qui sera par définition imparfait? À en juger par la feuille de route de l’équipe, on est en proie à de sérieux doutes.

Le pire, c’est que Marsch en donne pour son argent aux propriétaires des Red Bulls

Classement de la masse salariale par saison des Red Bulls de New York et de l'Impact de Montréal de 2015 à 2018
SAISON RED BULLS IMPACT
2015 20e 8e
2016 16e 9e
2017 12e 22e***
2018 19e 7e
*** Le salaire complet de Nacho Piatti n’est pas comptabilisé

Est-ce que Marsch aurait plu aux partisans de l’Impact sur une longue période?

Celui qui a appris le Français plus vite que Saku Koivu et Randy Cunneyworth mis ensemble? Celui qui propose un style de jeu excitant et qui a du feu dans les yeux sur les lignes de côtés?

C’est vrai, il a échangé deux années de suite son capitaine (Dax McCarty et Sacha Kljestan). Ça n’a peut-être pas plu. Mais je connais une équipe qui a échangé Laurent Ciman pour des raisons sportives...

Et si nous mettions un peu plus à l’épreuve cette théorie avec le plus mal-aimé des entraîneurs de l’Impact en MLS, Frank Klopas...

Résultats de Frank Klopas en tant qu'entraîneur-chef en MLS
SAISON RANG DANS L'EST POINTS CLASSEMENT DE MASSE SALARIALE
2011 (Fire de Chicago) 6e 43 18e
2012 (Fire de Chicago) 4e 57 7e
2013 (Fire de Chicago) 6e 49 5e
2014 (Impact de Montréal) 10e 28 7e

En somme, est-ce que le potentiel de Rémi Garde qu’on dit grand (comme en font foi sa réputation, sa feuille de route... et son salaire) peut être exploité à son maximum par la structure du club montréalais?

Si le passé est garant de l’avenir...