Crédit : AFP

LNH

La LNH en santé

La LNH en santé

José Théodore

Publié 08 mai 2018
Mis à jour 08 mai 2018

Les Golden Knights de Vegas ne cessent de nous surprendre et ils sont rendus dans le carré d’as, mais vous savez quoi? Au-delà de la magie qui semble opérer là-bas, leur succès est un indicateur que la Ligue nationale est en santé et que nous entrons dans une ère spectaculaire et plus offensive.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il se marque plus de buts cette saison et au-delà de l’application des règlements qui restreignent l’accrochage et les coups de bâton, je dois admettre que je suis impressionné par la qualité du hockey et la profondeur des équipes. Les Golden Knights en sont la preuve.

Lorsqu’une équipe bâtie avec des joueurs de soutien est aussi redoutable que celle de Vegas, ça veut dire que de façon générale, la qualité des joueurs des troisième et quatrième trios est supérieure à ce qu’elle a déjà été.

Comme dans les années 1980

D’ailleurs, ça se voit à l’œil et je sympathise avec les gardiens actuels. Ils sont meilleurs que dans mon temps, mais la qualité des jeux et des tirs auxquels ils sont confrontés est incroyable. La majorité des gardiens peinent à maintenir un taux d’efficacité de ,900 au cours des présentes séries. C’est du jamais-vu depuis les années 1980.

Il fut un temps où une avance de 1 à 0 semblait insurmontable. Aujourd’hui, une priorité de 2 à 0 ne veut plus rien dire et le suspense dure jusqu’à la toute fin. Mardi dernier, les Predators de Nashville ont pris les devants 3 à 0 en première période contre les Jets, mais ces derniers ont marqué quatre buts en deuxième période grâce à des jeux de grande qualité.

Vendredi, les Golden Knights menaient 4 à 0 en troisième période contre les Sharks, mais en moins de sept minutes, l’écart a été réduit à 4 à 3.

Il semble que Gary Bettman et les dirigeants de la Ligue nationale aient gagné leur pari de créer plus d’offensive sans avoir à agrandir les filets ou à réduire exagérément l’équipement des gardiens. Bravo !

La magie de Vegas

Qui donc va arrêter les Golden Knights?

Cette équipe-là travaille sans relâche et elle semble destinée à gagner. C’est incroyable de les voir aller et Marc-André Fleury est phénoménal devant leur filet. Il est jusqu’à maintenant le meilleur joueur des séries éliminatoires.

Même lorsqu’il n’est pas à son mieux, il réussit à faire le gros arrêt, comme ç’a été le cas lundi dernier en prolongation contre Logan Couture, des Sharks, qui a décoché un puissant tir frappé de l’enclave. Fleury a exécuté le grand écart et sorti la mitaine pour réussir un vol au grand jour.

William Karlsson a scellé l’issue du match un peu plus tard avec un superbe tir qui a battu Martin Jones.

Parlant de magie, que dire de ce Karlsson ? Il n’avait jamais marqué plus de neuf buts en quatre saisons avec les Ducks et les Blue Jackets. Il en a marqué 43 cette saison.

Et tout ça, sous la main de maître de l’entraîneur Gerard Gallant. Il sait passer son message, celui-là. Par exemple, on s’accorde pour dire que les Knights l’ont échappé belle dans le cinquième match, lorsque les Sharks ont réduit l’écart de 4 à 0 à 4 à 3 en six minutes.

Ils ont appris leur leçon et dimanche à San Jose, ils ont bien protégé leur avance de 2 à 0 en troisième période pour éliminer les Sharks. On dirait que ça fait 10 ans que les Golden Knights jouent en séries éliminatoires et pourtant, ils n’existaient même pas il y a un an.

Formidable!

Le cas Brad Marchand

Brad Marchand aurait dû être sanctionné pour sa lichette envers Ryan Callahan, du Lightning. C’est bien beau de vouloir déranger l’adversaire, mais la petite peste des Bruins de Boston est allée trop loin. Le hockey est un sport majeur et on ne veut pas voir des gestes disgracieux comme celui-là. Marchand avait déjà dépassé les bornes au premier tour en bécotant Leo Komarov, des Maple Leafs. Dès ce moment, quelqu’un dans l’entourage des Bruins aurait dû lui parler, que ce soit le président, Cam Neely, l’entraîneur, Bruce Cassidy, le capitaine, Zdeno Chara, ou un vétéran comme Patrice Bergeron.

Dégonflé par Rask

Je n’ai pas le choix de montrer du doigt le gardien Tuukka Rask pour expliquer l’élimination des Bruins par le Lightning. Il a été meilleur qu’en première ronde contre les Maple Leafs, mais il n’a jamais inspiré confiance à ses coéquipiers. C’est difficile pour les joueurs d’être gonflés à bloc lorsqu’ils doutent de leur gardien. Rask demeure un gardien respectable, mais il a perdu son statut élite et il lui reste encore trois ans de contrat à 7 millions par saison. Je l’ai vu deviner trop souvent plutôt que de réagir aux situations. Ses débuts de match étaient hasardeux. Bravo au Lightning ! Il n’a pas encore joué son meilleur hockey et il est en finale de l’Est. Impressionnant.