Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Impact

Le pari audacieux de Rémi Garde

Publié | Mis à jour

En répondant aux questions des journalistes, mardi, l’entraîneur-chef de l’Impact de Montréal, Rémi Garde, avait admis qu’il en attendait plus d’Anthony Jackson-Hamel et qu’il était frustré des performances de Raheem Edwards.

Qu’a-t-il fait? Il les a insérés dans sa formation partante contre le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, samedi, et les résultats ont été fort éloquents.

Jackson-Hamel a inscrit un doublé, ses deux premiers buts de la saison, en plus d’envoyer un tir sur le poteau et de s’impliquer défensivement. Quant à Edwards, il a marqué son second but de la saison, en plus de fournir le meilleur effort de l’équipe.

Il est parfois délicat de pointer des joueurs du doigt en public, mais Garde a su le faire de la bonne façon et mettre ses hommes en position de lui répondre, ce qu’ils ont fait avec aplomb, pour le plus grand bien de l’équipe.

Piatti magique

Outre la performance des deux jeunes joueurs, il faut souligner celle d’Ignacio Piatti, qui a amassé un but et trois mentions d’aide.

En deux matchs au Stade Saputo cette saison, «Nacho» a récolté quatre buts et trois aides; c’est magistral.

De plus, Piatti s’est assuré de mettre ses deux jeunes coéquipiers en valeur en leur servant des passes précises et généreuses afin qu’ils puissent marquer et se bâtir une confiance, en plus de bien paraître aux yeux du personnel d’entraîneurs.

Tout cela est survenu au 100e match de Piatti en Major League Soccer. Oui, il y a eu des légendes comme Marco Di Vaio, Alessandro Nesta et Didier Drogba, mais Piatti est dans une classe à part pour l’impact qu’il a sur l’équipe depuis son arrivée, en 2014. En 100 matchs, il a amassé 52 buts et 27 aides, contribuant à 79 buts. C’est une moyenne hallucinante.

Bonne deuxième demie

Oui, il y a eu des déchets techniques, principalement en première demie, mais ce qui est rassurant, c’est que pour la première fois depuis plusieurs semaines, l’Impact a été la meilleure équipe en deuxième demie.

Le Bleu-Blanc-Noir a inscrit trois buts sans réplique avant que la Nouvelle-Angleterre ne sorte de sa torpeur.

«On a eu un très bon positionnement avec la balle et, en deuxième demie, on était très structurés», a observé Samuel Piette.

Aussi, Garde a retenu des enseignements de l’affrontement contre la Nouvelle-Angleterre, il y a un mois, et a brillamment ajusté son plan de match en conséquence.

«On savait qu’ils allaient presser très haut et c’était un risque, nous l’avons très bien exploité avec des ballons en profondeur.»

Phases arrêtées

Seule ombre au tableau, Wilfried Zahibo a marqué à deux reprises dans le dernier quart d’heure, profitant des difficultés de l’Impact sur les phases arrêtées.

Il a inscrit ses deux buts sur un coup de pied de coin et sur un coup franc, et ça devient redondant chez l’Impact.

«Sur les phases de "corner", on doit progresser, a reconnu Garde. On avait été agressif jusque-là. On n’a pas une équipe avec une taille démentielle et ce n’est pas facile à cet égard, mais on doit faire mieux.»

L’Impact doit déjà mettre cette victoire derrière lui, puisqu’il affrontera le Fire à Chicago, mercredi, et recevra l’Union de Philadelphie samedi.

Il faut espérer que Rudy Camacho et Rod Fanni soient en mesure de jouer, même si Victor Cabrera et Jukka Raitala ont disputé un très bon match samedi.

«Rudy a un problème au muscle fessier et à la hanche. Pour ce qui est de Rod, il lui manquait 24 ou 48 heures pour être bien, je n’ai pas voulu prendre de chance», a précisé Garde.