Hockey

Trouvera-t-on le Jake Evans du Québec?

Publié | Mis à jour

Les plus beaux produits du midget AAA de chez nous auront une occasion en or de décrocher une bourse d’études aux États-Unis. Et ce grâce au doyen des sports du Cégep André-Laurendeau.

Directeur des sports de l’institution, Claude Morin tiendra ce week-end le huitième camp Apex, qui permet aux jeunes d’être scrutés à la loupe par des entraîneurs de la NCAA. Trente-deux pour cent des patineurs actifs de la Ligue nationale de hockey ont été développés dans ce circuit.

Deux des trois candidats en lice pour le titre de recrue par excellence de la LNH, Clayton Keller, des Coyotes de l’Arizona, et Brock Boeser, des Canucks de Vancouver, sont d’ailleurs issus des rangs universitaires américains.

«On a vraiment beaucoup de demandes cette année, a confirmé Morin à l'émission «Destination Coupe Stanley AM», jeudi. Nous sommes obligés de refuser des joueurs depuis une dizaine de jours, car on est saturés.»

Huit représentants de la première division et quatre autres de la troisième section seront sur place pour assister à la clinique. Les universités de Clarkson, du Maine, de Dartmouth et de Michigan Tech seront du nombre pour observer les hockeyeurs québécois.

«Le camp se déroule sur trois jours, du vendredi au dimanche. Chaque jour, les jeunes ont un entraînement le matin et un match l’après-midi. Tout est fait par les entraîneurs. Nous sommes là pour encadrer et organiser. Tout se passe avec les instructeurs de la NCAA.»

Et le Québec là-dedans?

Certains amateurs de hockey mineur déplorent l’exil des athlètes québécois vers le sud de la frontière au détriment des écoles québécoises.

Pour Morin, ce cheminement est quasi obligatoire pour aspirer à une carrière professionnelle.

«Malheureusement, il n’y a pas d’opportunités pour les jeunes ici au Québec, assure-t-il.

«Il y a trois universités québécoises. Mon but n’est pas nécessairement de les envoyer là-bas, mais il y a beaucoup trop de joueurs de niveau collégial de niveau junior qui n’ont pas d’opportunités à 20 ans», ajoute-t-il, en espérant voir plus de programmes de hockey universitaires adéquats dans la Belle Province.

Un mot sur Jake Evans

Les Canadiens se sont récemment entendus avec l’attaquant torontois Jake Evans, qui a connu une bonne saison puis de bonnes séries avec l’Université Notre-Dame.

Selon Morin, il s’agit d’un beau projet à avoir évolué dans la NCAA.

«C’est un excellent fabricant de jeux, un gars qui arrivera à maturité. Avec la saison que les Canadiens ont connue, il a une chance de percer la formation dès l’an prochain. Il va peut-être avoir une transition vers Laval, mais c’est un gars qui est peut-être prêt.

«On va voir.»

Écoutez l'entrevue avec Claude Morin à «Destination coupe Stanley AM» dans la vidéo, ci-dessus.