Impact

Rémi Garde frustré par le comportement de Raheem Edwards

Publié | Mis à jour

L’Impact de Montréal traverse actuellement une période difficile alors que l’équipe vient de subir quatre dures défaites consécutives et l’entraîneur, Rémi Garde, a tenu à clarifier plusieurs situations liées à l’effectif du club, mardi, en point de presse.

Le technicien français a notamment donné l’heure juste au sujet de l’ailier canadien Raheem Edwards, qui a très peu joué au cours des dernières semaines. Le 985fm.ca rapportait, lundi, que le produit du Toronto FC, obtenu dans l’échange ayant envoyé Laurent Ciman à Los Angeles, n’était plus dans les bonnes grâces de l’entraîneur.

«J'ai une grosse frustration par rapport à Raheem», a admis Garde d’emblée.

«Je ne sais pas s'il voudra vous en dire plus, a-t-il poursuivi. Je crois qu'il vient de traverser une période assez difficile, qui n'était pas forcément liée au football, si j'ai bien compris. J'espère qu'on va retrouver un Raheem totalement investi dans le groupe pour l'Impact. Le groupe a besoin de lui, tout le monde l'aime beaucoup ici.»

Le pilote a cependant laissé entendre que le joueur de 22 ans ne s’est pas très bien conduit dernièrement.

«Je crois que c'est quelqu'un qui a besoin aussi de changer son comportement et de comprendre que le football professionnel, c'est un métier avec des exigences et un comportement adéquat à mettre en face, a-t-il expliqué. Mais, bien évidemment qu'aujourd'hui, on manque de la qualité de Raheem, celle que j'ai vu dans les premières semaines.»

Peu d’espoir pour Oduro

Garde s’est aussi exprimé au sujet de l’attaquant Dominic Oduro. Depuis le début de la saison, il est clair pour tous les observateurs autant que pour Oduro lui-même que ce dernier ne fait pas partie des plans de l’entraîneur. Étonnamment, le Ghanéen a tout de même obtenu quelques minutes de jeu en fin de rencontre, samedi, contre Atlanta.

«J'ai une très bonne relation humaine avec Dominic, les choses sont très claires, a expliqué Garde. C'est quelqu’un dont j'apprécie l'attitude (malgré sa situation difficile).»

Lorsqu’il lui a été mentionné que le joueur de 32 ans avait obtenu deux chances de marquer durant sa présence, Garde avait une réponse toute prête.

«Oui, on peut dire qu'il se les ai créées...  et qu'il ne les a pas mises. Il faut dire les choses! Il s'est créé une occasion, mais peut-être que je peux me dire qu'il devait marquer.»

Le Français a souligné que c’est aux joueurs de le convaincre, notamment lors des entraînements, de leur accorder du temps de jeu lorsqu’ils n’en ont pas.

«L'entraîneur doit rentrer au vestiaire en se disant "merde, si je ne le fais pas jouer, tous les autres ne vont pas comprendre", a-t-il affirmé. Donc voilà, j'attends plus de réponses de ce côté-là.»

«Je n'ai rien contre aucun des joueurs, que les choses soient bien claires, a-t-il également mentionné. C'est juste que moi, je me base sur les choses que je vois, sur l'entraînement, et non pas sur d'autres choses.»

Des transactions?

Garde a confirmé que le directeur technique de l’Impact, Adam Braz, a beaucoup travaillé dernièrement pour amener certains joueurs en ville à l’approche de la fin de l’actuelle période de transferts, prévue pour ce soir à minuit.

«Il a beaucoup téléphoné et travaillé ces derniers jours, semaines et heures, a-t-il admis. Pour le moment, la situation est figée. Maintenant, j'ai confiance en ce groupe, très sincèrement.»

L’entraîneur a aussi tenu à invoquer certains éléments qui «ne nous sont pas favorables» depuis quelques matchs, dont quelques décisions des arbitres.

«Ce n'est pas pour autant qu'il faut penser que rien ne convient, a-t-il tempéré. De la même manière qu'il ne fallait pas penser, après avoir gagné contre Toronto et Seattle, qu'on allait se friser les moustaches dans ce championnat.»

«On est dans une période où le vent souffle de face, a observé l’ancien Lyonnais. À nous de tirer d’un bord et de prendre le vent différemment.»

Enfin, Garde ne s’est pas prononcé sur les chances de voir l’Impact conclure une transaction ou un transfert avant ce soir.

«Je ne veux pas ôter tout espoir: je n'en sais rien. Tout est possible!»

Voyez le reportage de Nancy Audet dans la vidéo principale

Voyez le point de presse complet de Rémi Garde dans la vidéo ci-dessous.