SPO-SÉRIES MONDIALES DE PLONGEON DE MONTRÉAL

Crédit : Dario Ayala / Agence QMI

Sports aquatiques

Mission accomplie pour Jennifer Abel

Publié | Mis à jour

Jennifer Abel voulait monter sur le podium trois fois cette fin de semaine, à l’étape montréalaise des Séries mondiales de plongeon de la FINA qui était présentée au Parc olympique. En obtenant la médaille de bronze à l’épreuve individuelle au 3 m et l’or aux côtés de François Imbeau-Dulac au tremplin mixte synchronisé dimanche, la Lavalloise avait le sentiment du devoir accompli.

Ces deux médailles s’ajoutaient à celle d’argent obtenue vendredi avec Mélissa Citrini-Beaulieu au 3 m synchro.

«Elles ont toute leur signification. Pour François et moi, on est satisfait puisque ça avait été un petit peu plus difficile dans les deux premières [étapes] des Séries mondiales. On ne s’entraîne pas beaucoup ensemble donc de voir qu’on peut faire de si bonnes choses en compétition, ça montre tout le potentiel de notre équipe.»

Avec une récolte de 325,20, points, Abel et Imbeau-Dulac ont terminé devant les Britanniques Grace Reid et Thomas Daley (300,84), et les Allemands Tina Punzel et Lou Massenberg (300,15).

«Avec Mélissa, elle était blessée aux abdos donc de pouvoir mettre ça de côté et faire ce qu’on avait à faire, c’était vraiment exceptionnel, a poursuivi la Québécoise de 26 ans. Et de mon côté, en individuel, je travaille beaucoup l’aspect personnel pour rester calme. J’ai démontré aujourd’hui que ça s’améliorait énormément mon affaire.»

Abel s’est vu octroyer une note de 364,80 pour sa prestation en finale. Elle a été devancée par la Chinoise Tingmao Shi, détentrice des titres olympique et mondiale, qui l’a emporté avec un pointage de 381,95. Sa compatriote Han Wang, vice-championne du monde, a pris le deuxième rang grâce à une marque cumulative de 376,10.

Pamela Ware au pied du podium

Également de la finale, la Québécoise Pamela Ware a conclu au quatrième rang avec une note de 351,75. Il s’agit de sa meilleure performance individuelle depuis deux ans en Séries mondiales.

«Je suis habituée à la piscine, au tremplin, et j’avais vraiment hâte de compétitionner. Je suis vraiment contente de ma journée, a lancé la Montréalaise de 25 ans. J’ai fait mon meilleur pointage depuis je ne sais pas quand. J’étais à un point de mon record personnel. Je suis extrêmement contente et je sais que je peux faire encore mieux.»

Ware travaille présentement sur un nouveau plongeon au coefficient de difficulté supérieur à tous les plongeons exécutés par les femmes dimanche. Elle mise sur cette manœuvre pour retrouver son chemin jusqu’aux podiums internationaux.

«Je l’ai présenté une fois cette année, aux Nationaux, et ce n’est pas prêt encore. Je veux bien le faire avant de le faire en compétition, l’année prochaine. C’est un plongeon qui a un gros potentiel et qui peut changer beaucoup de choses si je le fais bien», a-t-elle conclu.