EDM-BOBNICHOLSON-OILERS

Crédit : Ian Kucerak/Edmonton Sun

LNH

LNH : une loterie qui a sa petite histoire

Publié | Mis à jour

La loterie mise en place par la Ligue nationale de hockey (LNH) pour déterminer l’ordre du repêchage amateur a vécu quelques transformations au fil des ans, ce qui a en quelque sorte modifié le destin de certaines équipes.

Souhaitant éviter de voir des clubs perdre intentionnellement des matchs en fin de saison pour s’assurer une meilleure place à l’encan annuel, la LNH avait décidé de mettre en place cette loterie. Aussi, de 1995 à 2012, les organisations ayant raté les séries éliminatoires pouvaient espérer que le hasard les favorise, mais seules les équipes ayant présenté les cinq pires fiches durant le calendrier régulier avaient une chance d’obtenir le premier choix. De plus, il était possible de grimper de quatre échelons – et pas plus – par rapport au classement général de la campagne.

Ainsi, en 1995, les Kings de Los Angeles ont gagné la loterie. Cependant, étant donné qu’ils avaient «seulement» le septième pire dossier de la LNH, ils se sont retrouvés avec le troisième choix au total, qui est devenu le défenseur Aki-Petteri Berg. Pendant ce temps, les Sénateurs d’Ottawa ont jeté leur dévolu sur l’arrière Bryan Berard au premier rang.

Un cas similaire est survenu en 1999 quand les Blackhawks de Chicago – avec la huitième plus mauvaise fiche – ont vu la chance leur sourire. Ils ont échangé leur choix aux Rangers de New York, qui ont mis la main sur l’ailier Pavel Brandl. Les Thrashers d’Atlanta, qui allaient faire leurs débuts à l’automne suivant, ont sélectionné Patrik Stefan d’entrée de jeu.

Durant la période 1995-2012, le club ayant conclu la campagne dans les bas-fonds du classement a obtenu le premier choix à six reprises. Cela fait également exception de l’année 2005, durant laquelle un lock-out d’une saison a pris fin. Les Penguins de Pittsburgh avaient gagné une loterie impliquant toutes les organisations de la LNH et ont aussitôt repêché Sidney Crosby. Le Canadien de Montréal avait décroché la cinquième sélection lui permettant d’acquérir Carey Price.

Des changements

En 2013, la ligue a permis à toutes les équipes non qualifiées pour les séries de prendre part à la loterie. Puis, avant la campagne 2014-2015, il a été déterminé que les détenteurs du dernier rang du classement de la saison auraient moins de chances de gagner en raison d’une plus grande répartition des probabilités de l’emporter. En 2016, la LNH a décidé que les trois premiers choix du repêchage allaient être octroyés selon autant de tirages distincts. La pire équipe du calendrier régulier était ainsi assurée d’au mieux de la quatrième sélection.

Depuis cinq ans, les Maple Leafs de Toronto ont été l’unique organisation ayant fini dans la cave en saison à mettre la main sur le choix initial de l’encan amateur; en 2016, ils ont appelé Auston Matthews sur l’estrade.

L’an dernier fut historique en raison des victoires des Devils du New Jersey et des Flyers de Philadelphie au tirage. Les Diables ont obtenu la première sélection même s’ils avaient affiché le cinquième pire dossier et détenaient 8,5 % des chances de gagner. Pour leur part, le club de la Pennsylvanie a grimpé de 11 places pour s’emparer du deuxième choix. Le New Jersey et Philadelphie ont respectivement choisi Nico Hischier et Nolan Patrick.