Destination Coupe Stanley AM

Roy se sent privilégié

Publié | Mis à jour

Présenté officiellement à titre de nouvel entraîneur-chef et directeur général des Remparts, jeudi, Patrick Roy en était encore à mesurer sa chance, ce matin.

L’homme de 52 ans a multiplié les entrevues dans les dernières heures, mais pour lui, ce n’est que du bon.

«Ça a été une belle journée hier et ce matin aussi, c'est un privilège d'être de retour dans la grande famille des Remparts», a-t-il mentionné, en entrevue à «Destination Coupe Stanley».

Roy a raconté qu’il a passé les deux dernières années à «refaire le plein» après avoir quitté l’Avalanche en 2016. Mais il s’est évidemment ennuyé du hockey un peu.

«Je ne m’attendais pas à revenir au niveau junior, mais le départ de Philippe (Boucher) a ouvert une porte, j’ai reçu un appel de Jacques (Tanguay) et à partir de là, le cerveau s'est mis à travailler.»

Comme hier, Roy a souligné qu’il a toujours la passion du hockey et que celle-ci est à l’origine de sa décision.

De bons mots pour l’Avalanche

Roy et l’Avalanche du Colorado seront toujours liés dans la tête des amateurs de hockey, en raison des succès qu’il y a connu autant comme joueur que comme entraîneur. Il a été heureux, cette saison, de voir l’équipe connaître une bonne saison et retrouver les éliminatoires.

«Je me réjouis énormément que l'Avalanche ait pu capitaliser, finalement, sur certaines décisions que j'ai pu prendre», a-t-il mentionné, se disant particulièrement fier d’avoir eu un rôle à jouer dans la sélection de Nathan MacKinnon au repêchage.

«(Aleksander) Barkov était le joueur que l'organisation espérait avoir, Seth Jones était dans le décor, mais pour moi c'était de bâtir autour de Nathan MacKinnon.»

«Je ne souhaite que du bonheur et succès à l'organisation de l'Avalanche», a-t-il également affirmé.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.