Canadiens de Montréal

Dominique Ducharme, une solution offensive?

Publié | Mis à jour

Dominique Ducharme ne peut pas marquer de buts, mais il peut peut-être aider les attaquants à atteindre leur plein potentiel.

C’est un des objectifs que se donne le nouvel entraîneur adjoint des Canadiens de Montréal, dont le début du mandat a été annoncé vendredi.

Dans «une des plus belles journées» de sa carrière d’entraîneur, Ducharme se prépare à assumer un rôle apparemment tourné vers l'attaque. Et en termes de buts, l’homme de 45 ans s’y connaît : c’est lui qui dirigeait la machine offensive des Mooseheads de Halifax constituée notamment de Nathan MacKinnon et de Jonathan Drouin qui a gagné la Coupe Memorial en 2013. Cette saison dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), il a compté dans ses rangs le productif Alex Barré-Boulet à la barre des Voltigeurs de Drummondville.

Avec l’aide de Ducharme, les unités spéciales montréalaises reprendront-elles de la vigueur?

«Il reste encore des choses à déterminer, mais je vais travailler avec les attaquants individuellement et sur les ajustements qu’on peut faire en cours de rencontre, a-t-il commenté en entrevue à l’émission Destination coupe Stanley sur TVA Sports. Je vais travailler avec Kirk Muller sur l’avantage numérique.»

Le cas Drouin

Les partisans des Canadiens espèrent sans doute mieux que 46 points de la part de Drouin. La réunion de Ducharme avec son poulain a donc de quoi leur donner de l’espoir.

«Jonathan a joué au centre et à l’aile. Il est capable de faire les deux. Oui, j’ai travaillé avec lui pendant trois saisons, mais j’ai aussi dirigé Noah Juulsen, Victor Mete, Charles Hudon quand il était beaucoup plus jeune. Arriver avec des gars que je connais déjà, ça aide la transition.»

«Jonathan est un jeune joueur, je suis convaincu qu’il aura une très belle carrière. Ce n’est pas la première fois que je le dis.»

Une belle chimie

Entraîneur très respecté dans les rangs juniors et chef d’orchestre de la conquête canadienne de l’or au Championnat mondial de hockey junior l’hiver dernier. Pas étonnant donc que d’autres formations de la LNH autres que le CH aient démontré de l’intérêt envers lui.

«J’ai eu des discussions avec d’autres organisations. J’ai fait de belles rencontres. J’aurais peut-être pu avoir de belles opportunités ailleurs, mais pour moi, c’était une évidence que je devais m’en venir avec les Canadiens, de par la façon dont je me sentais dans mes discussions avec Marc et Claude, la chimie que je voyais qu’on pouvait avoir. Je sens que je peux faire partie de la solution.»