Destination Coupe Stanley AM

«Pour Adonis, c’était Toronto» - Mikaël Zewski

Publié | Mis à jour

Le boxeur québécois Mikaël Zewski (30-1-0, 22 K.-O.) fera partie du gala de boxe qui se tiendra à Toronto, le 19 mai, et qui mettra en vedette un autre Québécois, Adonis Stevenson.

Initialement, le gala devait avoir lieu à Montréal, mais selon Zewski, Stevenson ne voulait pas se battre dans la métropole québécoise.

«Le public québécois, que j’adore, est un public très intense, a confié Zewski, mercredi, lors de l'émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports. Il aime ou il n’aime pas. Adonis, je pense qu’il ne voulait pas nécessairement se battre au Québec. Il y a beaucoup de gens qui ne l’aiment pas. Il s’est dit pourquoi me donner en spectacle devant un public qui ne veut pas me voir ou qui m’apprécie moins.

«C’est ma version. Je ne lui ai pas parlé, je ne le connais pas et je n’en ai pas parlé à Yvon Michel, mais c’est comme ça que je vois ça. Il doit avoir ses raisons. Je pense que ça aurait été impossible de vendre une bonne quantité de billets à moins que Floyd Mayweather vienne ici faire quelques apparitions et niaiseries pour vendre le spectacle. Pour lui, c’était Toronto.»

Stevenson (29-1-0, 24 K.-O.) se battra contre le Suédois Badou Jack (22-1-2, 13 K.-O.) en finale du gala. Quant à Zewski, son adversaire est toujours inconnu... ou presque.

«J’ai reçu un adversaire hier soir très tard, a indiqué le Trifluvien. Mon gérant doit regarder ça, je n’ai même pas regardé de vidéos encore, mais ça devrait être annoncé aujourd’hui ou demain, car ça arrive très rapidement. Il faut qu’il se prépare et que je me prépare en conséquence de son style.

«Le combat va être pour une ceinture mineure internationale qui va me placer dans les classements. Avec cette ceinture, j’en serais à peu près au même endroit où j’en étais avant ma défaite, donc il y a trois ans. Une défaite dans la boxe, c’est tellement douloureux et ça ne pardonne pas du tout.»

Si plusieurs boxeurs décident de faire un spectacle hors ring pour tenter de mousser l’intérêt envers leurs combats, c’est tout le contraire pour Zewski, qui est de nature plus méthodique et réservée.

«Oui (ça me nuit), a affirmé Zewski. Avec les réseaux sociaux, tous les boxeurs ont une voix. J’ai l’impression que les boxeurs qui rentrent en prison, qui font des niaiseries, qui sortent dans les bars, qui font parler d’eux, soit en mal ou en bien, tirent leur épingle du jeu mieux que des gens comme moi qui restent au carreau.

«Je suis comme ça. Au-delà de l’argent et de la popularité, j’ai une vie et j’ai une famille. J’ai un enfant et je veux donner le bon exemple, autant à mes proches, à mes amis qu’à mon fils. Je m’entraîne, je fais mes choses et je suis convaincu que ça va arriver, la ceinture de championnat du monde, la popularité et les billets qui viennent avec. Ça me prend juste une opportunité et une fenêtre pour montrer aux gens ce que je suis capable de faire.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.