Crédit : AFP

Séries 2018

Entraîneurs dans l'erreur

Entraîneurs dans l'erreur

José Théodore

Publié 24 avril 2018
Mis à jour 24 avril 2018

La première ronde des séries éliminatoires a confirmé ce que je disais la semaine dernière. On ne peut pas tricher le système et les entraîneurs qui ont donné le filet à leurs gardiens auxiliaires se sont trompés.

Ma dernière chronique était intitulée «Le pari suicide de Barry Trotz». Trotz a donné les deux premiers départs des séries à un gardien auxiliaire de carrière, Philipp Grubauer. Il s’agissait de deux matchs à domicile, et ce fut un échec puisque les Capitals de Washington ont perdu ces deux matchs, Grubauer accordant huit buts en deux sorties.

Braden Holtby, un gardien-élite et ancien gagnant du trophée Vézina, a gagné les matchs 3 et 4 à Columbus, puis le cinquième à Washington. Il avait donc une fiche de 3-0, 1,66 et 0,936 avant le sixième match présenté hier soir, à Columbus.

La série est peut-être finie, ou non, au moment où vous lisez ces lignes, mais un fait est indéniable. Holtby a relancé les Caps et la série aurait possiblement été réglée en cinq matchs si Trotz lui avait fait confiance dès le début malgré sa saison difficile.

Kinkaid n’a pas tenu

Chez les Devils du New Jersey, l’entraîneur John Hynes croyait que son numéro deux, Keith Kinkaid, lui donnerait la meilleure chance de gagner. Kinkaid a connu une grosse fin de saison, mais il n’a pas tenu le coup en séries, accordant neuf buts en deux matchs. Hynes s’en est remis à son numéro un, Corey Schneider, à compter du match numéro trois, et il a été extraordinaire (1-2, 1,78, 0,950). Schneider a donné une chance aux siens malgré leur élimination.

Au Colorado, le numéro un, Semyon Varlamov, était blessé. L’entraîneur, Jared Bednar, n’avait donc pas le choix de faire appel à son second, Jonathan Bernier, mais il s’est blessé à son tour dans le match numéro 4. Andrew Hammond a pris la relève et il a brillé, volant le ciniquième match à Nashville, mais il s’est effondré dimanche, au Colorado.

Après son incroyable parcours en 2014-2015, le «Hamburglar» avait aussi eu le départ en séries à Ottawa, mais il avait perdu les deux premiers matchs contre le Canadien avant de céder le filet au numéro un, Craig Anderson.

À Philadelphie, l’entraîneur Dave Hakstol avait le choix entre trois gardiens, mais aucun des trois n’était un vrai numéro un, et les Flyers ont subi l’élimination. Les Flyers ont marqué cinq buts, dimanche, mais mon ancien partenaire, Michal Neuvirth, en a accordé sept sur 27 tirs. Résultat, les Flyers sont en vacances.

On a déjà vu ce film à Philadelphie. L’équipe joue assez bien pour gagner, mais le gardien ne fait pas le travail. Ils ont laissé aller Sergeï Bobrovsky en 2012, mais, au moins, il y a l’espoir que le jeune Carter Hart puisse régler ce problème dès la saison prochaine.

Le talent d’abord

Pour revenir aux décisions des entraîneurs en séries éliminatoires, ça me dérange moins lorsqu’on donne le filet à un jeune gardien talentueux, plutôt qu’à un gardien numéro deux de carrière.

La morale de cette histoire, c’est que les vétérans gardiens auxiliaires peuvent faire du bon travail pour un temps, mais, souvent, ça ne dure pas et, en séries, ça déboule rapidement. L’entraîneur se doit donc de choisir le gardien le plus talentueux.

Il ne sera pas toujours à son mieux, mais c’est lui qui a le plus de chances de voler des matchs. Même dans une soirée ordinaire, un gardien de talent peut réussir un arrêt exceptionnel qui fera la différence.

Je comprends que les entraîneurs cherchent des solutions, mais parfois, ils ont tendance à vouloir jouer les héros en prenant des décisions échevelées. Pourtant, pour gagner en séries, la solution est simple. Il faut faire confiance aux meilleurs. Il est impossible de tricher le système et on en a encore la preuve.

Plus d’attaque

On a vu plusieurs matchs à haut pointage depuis le début des séries éliminatoires, et la Ligue nationale peut être fière de son produit. Il y a plus de vitesse et de talent que jamais et à deux buts d’écart, ou plus, on ouvre le jeu et les gardiens sont aux prises avec des situations très difficiles. Dommage toutefois qu’on n’ait pas suspendu Nikita Kucherov (Lightning) pour son coup à la tête de Sami Vatanen dans le quatrième match. C’est embarrassant qu’il ait marqué le but vainqueur contre les Devils dans le cinquième match.

Sean Couturier

Malgré leur élimination, je crois que les Flyers de Philadelphie ont un bel avenir et j’ai été grandement impressionné par la tenue de Sean Couturier. Il a connu une excellente saison et il s’est donné un autre statut lors des séries éliminatoires. On peut le classer désormais parmi les vedettes de la ligue et aussi parmi les grands leaders.

Knights et Sharks

Les gardiens de but Marc-André Fleury (Golden Knights) et Jonathan Quick (Kings) ont probablement été les deux meilleurs gardiens du premier tour. Quick ne méritait pas de perdre, mais c’est la vie. Je m’attends à une longue série entre les Knights et les Sharks. Les Knights jouent du hockey inspiré depuis le jour un de la saison et ils vont battre les Sharks. Ces derniers ont de l’expérience et Evander Kane impressionne. J’aimerais tellement le voir avec le Canadien, celui-là.

Jets et Predators

La série entre les Predators de Nashville et les Jets de Winnipeg sera extraordinaire. Voilà deux excellentes équipes opposant deux gardiens finalistes au trophée Vézina, Pekka Rinne et Connor Hellebuyck. Rinne n’a cependant pas joué à la hauteur de son talent en première ronde, tout comme ses coéquipiers d’ailleurs. Quant à Hellebuyck, il a connu une bonne série et, même s’il a eu un mauvais match, il est revenu en force. Les Jets sont solides et, croyez-moi, personne ne veut jouer contre Dustin Byfuglien. Je choisis les Jets en sept.