IHOCKEY-EUR-RUSSIA-KHL-AK BARS-CSKA

Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Andrei Markov n'en veut plus à Marc Bergevin

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Il n’y a pas que la musique qui adoucit les mœurs. La conquête d’un championnat aussi, apparemment.

Au bout du fil, Andreï Markov semble désormais moins amer envers Marc Bergevin et la façon dont les négociations ont achoppé entre les deux hommes, l’été dernier.

«Je sais que vous essayez de mettre de la pression sur lui. C’est facile de le faire en raison de la situation [du Canadien], mais c’est une bonne personne et un bon directeur général», a soutenu Markov lors de cet entretien téléphonique.

«Je souhaite ce qu’il y a de mieux pour le Canadien. Je suis persuadé qu’il trouvera les solutions pour rendre l’équipe meilleure la saison prochaine et lors de la suivante», a-t-il ajouté du même souffle.

La fameuse partie de cartes

Ce coup d’encensoir a été effectué en guise de réponse à la question de l’auteur de ces lignes concernant la fameuse partie de cartes entre Alexander Radulov et lui à bord de l’appareil qui ramenait l’équipe à Montréal après leur élimination aux mains des Rangers de New York.

Selon les informations obtenues par Mike Bossy, Bergevin n’aurait pas apprécié. Max Pacioretty se serait porté à la défense de ses coéquipiers, ce qui aurait jeté un froid entre le capitaine et le directeur général du Canadien.

Lors de sa présence sur le plateau de «Tout le monde en parle», dimanche, Bergevin a commenté la rumeur en relançant tout simplement la question suivante à Guy A. Lepage.

«Est-ce que Mike Bossy était dans l’avion?» a-t-il demandé à l’animateur.

Le principal intéressé assure n’avoir jamais eu connaissance d’une saute d’humeur de son ancien directeur général à ce propos.

«Ce que je peux confirmer, c’est que nous avons toujours joué aux cartes dans l’avion. Peu importe le résultat de la rencontre. Que ce soit après une victoire ou après une défaite», a-t-il d’abord indiqué.

«Cependant, je ne me souviens pas que Marc Bergevin ait été fâché contre nous, qu’il nous ait dit quoi que ce soit. Je n’ai jamais vu ça», a-t-il soutenu.

Pas de retour dans la LNH

On se rappellera que lors de la visite du «Journal» à Kazan, en décembre, l’ancien défenseur du Canadien et son épouse ne s’étaient pas montrés tendres à l’endroit du directeur général du Canadien, qualifiant de « manque de respect » la façon dont Bergevin avait traité le dossier du vétéran de 18 saisons.

Manifestement, l’opinion de Markov a changé au sujet de Bergevin. Et ce n’est pas parce qu’il prépare un retour à Montréal. Du moins, pas à court terme.

«On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Je ne suis pas prêt à prendre ma retraite. Il me reste encore une année à mon contrat avec Kazan. Je suis heureux ici, ma famille est bien ici. C’est ce qu’il y a de plus important, a déclaré l’athlète de 39 ans. Et honnêtement, je ne sais même pas si j’ai une clause à mon contrat me permettant d’y mettre fin avant son échéance.»

Puisqu’il a lui-même négocié ce contrat, s’il a rapidement passé sur ce point, c’est que son intention de revenir dans la LNH n’a jamais été très élevée.