Destination Coupe Stanley

Affronter les Penguins, le «rêve» et/ou le «cauchemar» de Fleury

Publié | Mis à jour

Et si Marc-André Fleury et les Golden Knights de Vegas affrontaient les Penguins de Pittsburgh en finale de la Coupe Stanley?

Lors d’une entrevue téléphonique à Destination Coupe Stanley, mardi, le gardien québécois a lui-même admis qu'il ne savait pas trop quoi en penser. Vous pouvez écouter l'entretien dans la vidéo ci-dessus.

«Je ne sais pas si ce serait un rêve ou un cauchemar. Un ou l’autre! Je n’y pense pas trop encore. Les Sharks sont importants pour le moment. On verra rendu-là qu’est-ce qui se passe.»

Les amateurs ont le droit de rêver, mais il est évidemment beaucoup trop tôt pour commencer à s'attarder au scénario hollywoodien. Toutefois, la cote de l’équipe d’expansion a monté en flèche : les Golden Knights sont maintenant co-favoris avec les Predators pour gagner la Coupe Stanley selon les preneurs aux livres.

Disons que le balayage infligé aux Kings a dissipé une bonne partie des doutes qui subsistaient autour de la surprise de la LNH cette saison.

«Au début de la saison, ils nous plaçaient derniers, donc ils ont réalisé que nous étions meilleurs que ça! Ils se sont bien repris», a rigolé Fleury.

Selon le natif de Sorel, il n’y a rien de révolutionnaire derrière les succès de son équipe, si ce n’est une excellente éthique de travail.

«Il n’y a pas de recette spéciale, nous avons juste un bon groupe de gars. On a une bonne équipe de hockey qui travaille fort chaque soir et ça fonctionne.»

Sensationnel durant le premier tour, Fleury n’a concédé que trois buts aux Kings et a présenté un taux d’efficacité de ,977. Certains, comme Patrick Lalime, affirment qu’il n’a jamais été aussi dominant. Cela dit, l’homme derrière le masque demeure le même et ce n'est pas dans sa nature de s'attribuer tout le mérite.

«Je ne suis pas quelqu’un qui cherche le "spotlight". J’essaye juste de faire mon possible pour aider les jeunes et amener les partisans à nos matchs.»