Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Impact de Montréal

Impact : Panne défensive

Publié | Mis à jour

L’Impact n’a vraiment pas choisi le meilleur moment pour tomber en panne défensivement samedi. C’était le premier match au Stade Saputo et c’était le retour de Laurent Ciman.

Ces cinq buts encaissés contre le Los Angeles FC représentent le plus haut total historique de l’équipe en MLS. Il faut remonter à mars 2012, l’année de l’expansion, pour retrouver un tel match catastrophe.

Mais surtout, avec Ciman qui a profité de son retour dans la métropole pour marquer sur un coup franc magnifique, c’était comme une claque en plein visage.

Un peu comme si le karma venait rappeler que le remaniement défensif en cours depuis la saison morte ne produit pas les effets escomptés.

Trop de buts

Après la défaite de 4-0 contre la Nouvelle-Angleterre, Rémi Garde avait lancé une boutade en soulignant qu’il préférait perdre 4-0 que de perdre quatre fois de suite par 1-0.

Depuis ce match, l’Impact a aligné deux défaites et accordé huit buts. Deux résultats qui viennent souligner à gros traits des lacunes défensives.

Il y a d’abord Victor Cabrera, qui est dans un creux très profond et qui ratera le prochain match à la suite du carton rouge reçu samedi.

Puis il y a Rudy Camacho, qui n’a pas encore trouvé la vitesse pour suivre le rythme de la MLS. Pour le reste, tout le monde a été en difficulté contre les Californiens samedi.

Symptomatique

Lors des trois derniers matchs, l’Impact a reçu deux cartons rouges dans la première demi-heure de jeu. Ce ne sont certes pas des conditions pour se donner des chances de l’emporter.

Si celui de Saphir Taïder en Nouvelle-Angleterre était essentiellement accidentel, celui de Cabrera est davantage symptomatique des problèmes défensifs de l’équipe.

En effet, l’arrière argentin étant incapable de rivaliser de vitesse avec l’attaquant du LAFC, il a été contraint de poser un geste de désespoir.

Autre signe que la défense peine à soutenir le rythme, le Bleu-blanc-noir a accordé cinq tirs de pénalité en sept matchs. C’est énorme et c’est beaucoup demander à Evan Bush.

Parlant de Bush, ce n’est pas pour rien qu’il trône au sommet de la MLS avec 39 arrêts, il se fait littéralement bombarder. Il est de loin le gardien le plus occupé de la MLS, ayant fait face à 56 tirs cadrés, 15 de plus que le second, Nick Rimando de Salt Lake.

Dans les trois derniers matchs, l’équipe de Rémi Garde a accordé 37 tirs cadrés, des statistiques effarantes. Et ce n’est certainement pas en visitant Atlanta samedi prochain que les choses vont prendre un tournant pour le mieux.

Chiffres qui font peur

Voilà des chiffres qui font peur pour une équipe dont la mission était de redresser la barre défensivement cette saison et dont la défensive était une priorité.

Amusons-nous d’ailleurs un peu avec les chiffres, histoire de nous donner une bonne frousse. L’Impact vient de disputer son septième match de la saison et en est donc à 20 % de sa saison.

Si l’on transpose les chiffres sur une saison complète, ça donne des frissons. Ainsi, l’équipe récolterait 30 points, ce qui la placerait au tout dernier rang de la MLS.