Impact de Montréal

Impact: effondrement en deuxième demie

Publié | Mis à jour

Tout était en place pour un bel après-midi, samedi, au Stade Saputo. Ignacio Piatti a récolté un tour du chapeau en première demie pour atteindre le plateau des 50 buts, Evan Bush a réalisé 14 arrêts, Laurent Ciman a marqué à son retour à Montréal. Mais voilà, l’Impact de Montréal s’est écroulé en accordant quatre buts sans réplique en seconde demie pour permettre au Los Angeles FC de repartir avec une victoire de 5- 3.

L’Impact a joué la dernière heure avec un homme en moins à la suite de l’expulsion de Victor Cabrera à la 31e minute et c’est là que les choses ont tranquillement commencé à dérailler.

Pourtant, le Bleu-Blanc-Noir s’était donné un peu d’air quand Piatti a complété son tour du chapeau à la 43e minute, mais c’était sans compter sur la puissante machine offensive des Californiens.

Les hommes de Bob Bradley n’ont mis que 12 minutes pour créer l’égalité, au retour de la pause, avec un but de Benny Feilhaber (52e) et un but contre son camp de Jukka Raitala (57e) et, tout d’un coup, le tempo du match venait de changer.

Deux pénalités

Si L.A. n’a pas su profiter d’un tir de pénalité en première demie sur l’action qui a valu un carton rouge à Cabrera, Marco Urena étant stoppé par un plongeon qui a permis à Bush de faire dévier le ballon sur le poteau droit, les hommes de Bradley se sont repris à la 83e minute quand Daniel Lovitz a gêné Diego

Rossi juste assez pour qu’Allen Chapman accorde un second tir de pénalité aux visiteurs.

Carlos Vela a su déjouer Bush pour marquer le but vainqueur. En fin de match, Latif Blessing a profité de la seule largesse de Bush pour inscrire le but d’assurance.

D’ailleurs, la performance de Chapman n’est pas passée inaperçue dans le camp montréalais, qui aurait très bien pu profiter d’un second tir de pénalité quand les arrières du LAFC se sont mis à deux pour faire chuter Piatti en seconde demie.

«Tu peux connaître un bon match, mais tu ne sais jamais quand l’arbitre va entrer dans le match», a fait remarquer Samuel Piette.

Redondant

Pour Rémi Garde, le match avait quelque chose de redondant à plusieurs égards.

«Depuis le début de la saison, chaque fois que la décision est litigieuse, elle n’est jamais de notre côté et c’est de cette manière que le match bascule parfois d’un côté ou de l’autre.»

«Depuis que j’ai commencé ici, ça n’a jamais été en notre faveur. C’est tout ce que je vais dire sur l’arbitrage.»

Bush ne s’est pas fait prier pour en rajouter une couche.

«Nous avons pris un carton en première demie en Nouvelle-Angleterre et un tir de pénalité. Deux tirs de pénalité cette fois-ci et un carton rouge, c’en est comique.

«Tu ne peux avoir de conversation avec eux pour savoir ce qu’ils ont vu, il y a une certaine arrogance qui doit disparaître pour qu’il y ait un dialogue clair parce que sinon, tu ne peux pas savoir ce que tu as fait de mal pour apporter les correctifs.»

Bush croit qu’un changement de mentalité est essentiel chez les officiels.

«Que les décisions soient bonnes ou pas, ce n’est pas le propos, c’est surtout la façon dont ils se comportent.»

Trop de buts

Par ailleurs, après deux victoires par jeux blancs, l’Impact vient de subir trois revers consécutifs dans lesquels il a accordé quatre, trois et cinq buts.

«Douze buts concédés en trois matchs, c’est beaucoup trop, estime Garde. Je pense qu’aujourd’hui [samedi], on a fait preuve de naïveté et de faiblesse, ce qui mène à ce genre de sanction.»

L’entraîneur-chef était extrêmement mécontent du comportement de ses hommes dans les 45 dernières minutes.

«Je ne suis pas du tout satisfait de la façon dont on a géré la seconde demie. On doit être plus déterminés à défendre notre but.»

«Il faut mettre plus de fierté et de combativité pour gagner. Je n’ai pas vu une équipe qui a voulu protéger... ou en marquer un de plus.»