Séries 2018

Rassurante et inspirante présence des vétérans à Boston

Publié | Mis à jour

Si les Maple Leafs misent sur la fougue de leurs jeunes joueurs, les Bruins, de leur côté, peuvent compter sur l’expérience de quelques vétérans.

Patrice Bergeron, Brad Marchand, Zdeno Chara, David Krejci, Tuukka Rask et Adam McQuaid ont connu les derniers passages glorieux des Bruins : la coupe Stanley de 2011 et la présence en finale de 2013.

Certains diront que leur présence n’a pas pesé lourd dans la balance au cours des derniers printemps.

Après tout, depuis la défaite en six matchs aux mains des Blackhawks de Chicago, les Bruins n’ont remporté qu’une ronde éliminatoire, ratant même le bal printanier deux ans de suite.

«Restons calmes»

Néanmoins, pour Charlie McAvoy, la présence des vétérans est inspirante et rassurante.

Chaque fois que tu partages le vestiaire avec des joueurs qui ont remporté la coupe Stanley, c’est de l’expérience de plus qui ne se mesure pas. On se fie beaucoup à eux. Ce qu’ils nous apportent n’a pas de prix», a déclaré le défenseur de 20 ans, affichant une belle maturité pour son âge.

«On a besoin qu’ils soient nos meilleurs joueurs chaque soir, et ils le sont. Quand les choses vont mal, et c’est certain que ça arrivera à un moment donné, ce sont les gars qui prennent les rênes et qui nous invitent à nous calmer.

«On est déjà passés par là, on l’a vécu. Restons calmes», a-t-il ajouté tout en jetant un coup d’œil en direction du casier de Chara.

À ce propos, McAvoy a partagé une anecdote illustrant parfaitement sa pensée. Une anecdote référant au troisième match de la série face aux Sénateurs, l’an dernier.

«On perdait 3 à 0 après une période. On est revenus au vestiaire et c’est comme si le pointage avait encore été de 0 à 0.

Personne ne paniquait. Les gars disaient : “Ne vous en faites pas. Ça va. Tout est beau.” Une période plus tard, c’était 3 à 3.»

Les Bruins ont éventuellement perdu cette rencontre en prolongation, mais le fait d’être demeurés calmes leur avait permis de revenir dans le match.

Expérience éclair

Malgré ses 20 ans, McAvoy en sera à une deuxième expérience en séries éliminatoires. Choix de premier tour des Bruins en 2016, l’Américain s’est joint au grand club le printemps dernier, après avoir terminé sa saison universitaire et après avoir disputé quatre rencontres à Providence, dans la Ligue américaine.

Ses six premières rencontres dans la LNH ont donc été les six matchs éliminatoires des Bruins.

«Tout s’est passé tellement vite l’an dernier. Cette fois, je veux vraiment savourer le moment et en profiter, a souligné McAvoy. Je comprends mieux à quel point chaque décision que l’on prend sur la patinoire a une incidence importante. L’an dernier, nos six matchs se sont soldés par un but de différence [NDLR: dont quatre en prolongation].»