Destination Coupe Stanley AM

Bataille de la Pennsylvanie : «C’est comme Canadiens-Bruins» - Michel Therrien

Publié | Mis à jour

Les Flyers de Philadelphie et les Penguins de Pittsburgh amorceront leur série de premier tour de la LNH, mercredi, dans le cadre de ce qui est surnommé «la Bataille de la Pennsylvanie».

Le duel sera présenté à TVA Sports, dès 19h.

S’il y a quelqu’un qui est bien placé pour commenter la rivalité entre les deux formations, c’est bien Michel Therrien, ex-entraîneur des Canadiens, mais également des Penguins (de 2005 à 2009), qui a vécu cette rivalité lors des séries de 2008.

En effet, au printemps de 2008, les Penguins et les Flyers se sont affrontés en finale de l’Association de l’Est, une série remportée par la troupe de Therrien, 4-1, en route vers une participation à la finale de la Coupe Stanley.

«Je me souviens très bien de cette série-là, a confié Therrien lors de l’émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports. On m’avait beaucoup parlé de cette rivalité entre les deux équipes de la Pennsylvanie. C’est un peu la grosse ville, Philadelphie, contre la plus petite ville, Pittsburgh.

«Ce sont deux villes où les équipes sportives prennent beaucoup d’importance, non seulement au hockey, mais également au football et au baseball. Ce sont des villes de sports où les partisans supportent leur équipe d’une manière extraordinaire. On m’avait mis au courant de la rivalité entre les deux organisations et je peux te dire que lorsque je l’ai vécue, et je ne peux pas qualifier ça comme Canadiens-Nordiques, mais ça ressemble beaucoup à Canadiens-Bruins. Ça amène beaucoup d’émotions et du beau hockey.»

Therrien dirigeait alors une équipe remplie de jeunes joueurs exceptionnels comme Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Kristropher Letang, Jordan Staal et Marc-André Fleury.

«J’ai eu la chance, et c’est une opportunité incroyable de diriger Crosby (et compagnie), a continué Therrien. Notre équipe avait vraiment pris un apogée exceptionnel lors des séries en 2008. Il ne faut pas oublier que Sidney n’avait seulement que 20 ans et Malkin avait seulement 21 ans. Kristopher Letang n’avait que seulement 20 ans. Marc-André Fleury avait 20-21 ans. Tous ces leaders faisaient leurs débuts. Ils ont grandi beaucoup avec ça. Ils ont appris beaucoup.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.