Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Pool de Hockey 2017-2018

Retour sur la saison de fantasy hockey 2017-2018

Marc-Antoine Turcotte

Publié | Mis à jour

Présenté par

 

Les séries de la LNH – et celles des pools – sont à nos portes. C'est le moment idéal pour faire un retour sur la dernière saison.

Les deux alignements que j'ai repêchés ne m'ont pas déçu. Évidemment, on ne peut pas tout prévoir. Même si l’on analyse les tendances, les statistiques et les conditions pouvant avoir un impact sur la production individuelle des joueurs, divers facteurs restent imprévisibles, comme les blessures.

La dernière étape reste la plus excitante: on espère solidifier notre position en séries et dépasser quelques amis en chemin, question de les narguer un peu.

On revient sur la saison de 16 joueurs, en plus de prédire ce qui les attend au prochain repêchage.

Comme vous le remarquerez, plusieurs joueurs des Golden Knights ont connu une saison au-delà des attentes, tout comme l'équipe.

Vous trouverez aussi le rang de repêchage moyen en début de saison, selon les classements parus sur Yahoo Fantasy.

À la hausse

• John Carlson (115,2)

Le défenseur des Capitals a bien choisi son moment. Il connaît en effet la meilleure saison de sa carrière et deviendra libre comme l'air le 1er juillet.

Il a rapidement mis sa campagne de 37 points derrière lui. Il en inscrit 64, dont 15 buts depuis le mois octobre.

À 28 ans, il semble être arrivé à maturité. Il sera extrêmement en demande cet été, mais aussi dans votre fantasy. Il devrait être sélectionné parmi les 10 premiers défenseurs, derrière des joueurs comme Erik Karlsson, P.K. Subban et John Klingberg.

Bref, si vous vous retrouvez avec Carlson comme défenseur numéro un, vous serez loin d'être dans le trouble.

• Sean Couturier (145,2)

L'ancien des Voltigeurs de Drummondville a amorcé la saison avec la ferme intention de prouver qu'il est plus qu'un centre défensif de troisième trio.

Il double presque son record de points en une saison.

On peut affirmer que le trio composé du numéro 14, de Claude Giroux et de Jakub Voracek a été l'un des plus constants de l’année.

Les trois joueurs font partie des trente meilleurs pointeurs de la LNH.

Il serait surprenant de voir Sean Couturier sortir après la cinquième ronde de vos repêchages la saison prochaine.

Évidemment, Claude Giroux (68,4) et Jakub Voracek (88,8) feront aussi un joli bond dans les listes en septembre. Giroux devrait d’ailleurs remporter le trophée Bill Masterton.

•  Nathan MacKinnon (138,8)

Le jeune prodige de 22 ans semble avoir atteint son potentiel offensif au niveau professionnel.

Il est la principale raison qui explique que l'Avalanche est dans la course aux séries après une saison misérable en 2016-2017. Sa séquence exceptionnelle n'a certainement pas nui aux chances de son équipe.

N'oubliez pas qu'il a manqué 8 matchs en raison d'une blessure à l'épaule. Il terminera pourtant dans le top 10 des pointeurs. Il est aussi l'un des favoris pour remporter le trophée Hart, remis au joueur le plus utile à son équipe.

•  Marc-André Fleury (138,3)

Fleury a manqué 25 matchs en raison d'une commotion cérébrale. Lorsqu'il est devant la cage des Golden Knights, il est l'un des meilleurs gardiens du circuit.

À 33 ans, la saison 2017-2018 a été sa meilleure au niveau de la moyenne de buts accordés (2,12) et de l'efficacité (0,931). D’autant plus que Vegas est loin d'avoir la meilleure défensive de la LNH.

Comme quoi Fleury n'a pas besoin des Penguins pour connaître le succès d'un point de vue fantasy.

•  Jonathan Audy-Marchessault (162,1)

Peut-on arrêter de douter du p'tit gars de Québec?

Les Panthers lui ont donné sa première vraie chance l'an dernier. Le résultat: 30 buts.

L'état major en Floride ne s'est pas laissé impressionner. Malgré son salaire alléchant de 750 000$, il n’a pas été protégé pour le repêchage d'expansion.

Cette année encore, il a dépassé la marque des 25 buts en récoltant plus de 20 points supplémentaires.

Les Golden Knights n'ont pas fait la même erreur que leurs adversaires: Audy-Marchessault a signé une nouvelle entente de six ans d'une valeur de 30 M$.

En bref, depuis que Marchessault a un poste à temps plein dans la LNH, il dépasse les attentes de tous.

À la baisse

• Cam Talbot (25,6)

À moins de changements majeurs à la formation d'Edmonton cet été, rien ne pourrait justifier une sélection hâtive de Talbot l'an prochain.

Les Oilers ont été très décevants cette saison, notamment en raison d'un manque de profondeur dans l’équipe.

Cette année, Talbot était classé tout près de Sergei Bobrovsky et même devant Pekka Rinne dans les listes de début de saison, mais sa situation risque de changer drastiquement en 2018-2019.

Le joueur n'a pas connu une saison si mauvaise, mais il n'est que le neuvième gardien en terme de fantasy. Dans quelques mois, des gens comme Tukka Rask, Devan Dubnyk et même Martin Jones devraient être sélectionnés avant Talbot.

• Jacob Trouba (120,9)

La plupart des experts s'attendaient à une saison plus offensive de la part de ce choix de premier tour de l'encan 2012.

Jacob Trouba a manqué un mois d'activité, ce qui n'a pas aidé sa cause, mais pourtant, certains le voyaient comme un «sleeper», moi inclus.

Je l'ai donc repêché comme deuxième défenseur, m'attendant à une quarantaine de points. Une progression anticipée plutôt conservatrice, vu son âge (24), sa production en 2016-2017 (33 points) et la puissance offensive que sont les Jets.

Jacob Trouba a finalement cumulé seulement la moitié des points auxquels je m’attendais.

Son potentiel est indéniable. Avec les Jets qui se transforment rapidement en de légitimes aspirants à la Coupe Stanley, il rebondira, ça ne fait aucun doute.

• Craig Anderson (102,5)

Les Sens semblent déterminés à faire un grand ménage dans leur organisation. Ne comptez donc pas sur Anderson pour rebondir d'une saison très difficile qui l'a vu comptabiliser une moyenne de buts accordés de 3,31, une efficacité de ,899 et une fiche perdante.

• Bobby Ryan (175,6)

Je l'avoue, je me suis trompé en début de saison. Je vous avais dit que la production de l'ailier augmenterait légèrement.

Déjà reconnu comme un marqueur de 30 buts, il n'a enfilé l'aiguille que 10 fois cette saison. Ses 30 points ne justifient pas son salaire de 7,25 millions.

Il pourrait bien se retrouver sous d'autres cieux dans quelques mois, c'est vrai. Mais son contrat servira une équipe de fond de classement qui cherche à atteindre le plancher salarial, ce qui ne l'aidera pas à retrouver sa touche.

À 31 ans, tout indique que les meilleures années de Bobby Ryan sont déjà loin derrière lui.

Il pourrait commencer l'année fantasy sur le marché des joueurs autonomes.

• Brandon Saad (69,1)

Après trois saisons consécutives d'au moins 23 buts, dont une de 31, les Hawks ont rapatrié cet ailier à Chicago en retour d'Artemi Panarin dans une transaction impliquant quatre joueurs.

Pour la première fois depuis 2012-2013, Saad n'atteindra pas le plateau des 40 points. Pendant ce temps, Panarin s'amuse (et produit) comme un petit fou à Columbus.

Encore une fois, le potentiel est là, mais à 25 ans, la constance sera de mise s'il veut s'imposer et aider les Blackhawks à revenir au sommet.

Pile ou face?

• Max Pacioretty (31)

La pire saison en carrière du capitaine du Tricolore ne se répètera pas. Il retrouvera le droit chemin. Si ce n'est pas à Montréal, ce sera ailleurs. On adore ses chances de rebondir.

• Mike Smith (92,4)

La saison en deux temps de Mike Smith a de quoi inquiéter. L'ayant personnellement dans l'un de mes pools, et le recommandant même dans ma liste de gardiens disponibles dans les rondes tardives plus tôt cette année, il m'a rendu de fiers services avant sa blessure.

Depuis son retour au début du mois de mars, il n'a toujours pas retrouvé son rythme de croisière. Il est vrai que les Flames ne marquent pas de buts en quantité industrielle, mais Smith ne peut pas accorder trois, quatre ou six buts par match.

C'est décevant, car il figure en deuxième place d'un de mes pools. Il devrait cependant profiter de l'été pour se reposer et revenir en force dans quelques mois.

• Max Domi (158,5)

Depuis sa bonne saison recrue, Domi a perdu ses repères.

Il n'a pas marqué plus de 10 buts en deux campagnes consécutives. Il devra possiblement déménager de l'Arizona pour que les choses changent.

Et dire qu’il a été sélectionné au même rang que Brayden Point, Clayton Keller et Nico Hischier.

• David Krejci (164,9)

On parle peu du centre, puisque les Bruins sont en bonne posture.

La réalité est que Krejci, 31 ans, n'a enregistré que 40 points.

L'an prochain, on le prend ou pas? Les Bruins ont un noyau solide, en plus de jeunes joueurs très talentueux qui ont fait leur place.

On ne vous dit pas de ne pas le prendre. Le plateau des 60 points est très atteignable, mais attendez-vous plutôt à une cinquantaine. Dépendant du format de votre pool, il pourra vous rendre de fiers services, à la condition que vous le repêchiez tardivement.

• Nate Schimdt

Le défenseur de 26 ans jamais repêché a profité d'un poste de choix à Vegas. Il dispute régulièrement plus de 20 minutes par match en plus d'évoluer sur l'avantage numérique.

Ses statistiques sont donc un peu anormales; il a plus que doublé sa meilleure marque personnelle (17 points), établie la saison dernière à Washington.

Le gros problème du numéro 88, c'est qu'il peine à trouver le fond du filet, comme en témoignent ses cinq buts.

Bien qu'il soit fiable, il pourrait perdre des minutes aux mains de défenseurs plus réputés, si jamais les Golden Knights décident d'en ajouter pendant la saison morte.

Il profite d'une attaque très productive qui se place dans le top 5 des buts marqués par match. L'année prochaine, si jamais ses coéquipiers trouvent moins régulièrement le fond du filet, ses statistiques régresseront considérablement.

• David Perron (167,8)

À sa 11e saison, le Québécois a récolté tout près d'un point par match. Auparavant, son meilleur total était de 57 points, dont 28 buts, avec Edmonton en 2013-2014.

Pourtant, il n'en a marqué que 16 cette saison. Un peu comme Schmidt, son total d'assistances est gonflé en raison des prouesses offensives de joueurs comme William Karlsson.

Une cinquantaine de points semble plus réaliste que 70 pour Perron l'an prochain.


La fin de la saison arrive à grands pas! Profitez de ce dernier droit pour ajuster vos prédictions et ainsi épater tous vos amis!

Vidéotron met son expertise à votre service en vous permettant de suivre toutes les performances et les analyses des joueurs de votre formation. Ne manquez rien grâce au réseau Vidéotron.