LNH

Bilan des méritants et des ratés

Bilan des méritants et des ratés

Michel Godbout

Publié 05 avril 2018
Mis à jour 05 avril 2018

Ça y est, les jeux sont presque faits.

À lire aussi : Plusieurs saisons terminées dans la LNH

On connaît maintenant le nom des équipes les plus méritantes de LNH, celles qui, au terme d’une longue saison, ont su se tailler une place définitive en séries.

Les grands méritants sont sans contredit le top 3 dans l’Atlantique de même que Washington et Pittsburgh. Dans l’Ouest, les méritas vont à Nashville, Winnipeg et Vegas. D’ailleurs, je crois que l’Ouest prendra une sérieuse option sur la coupe Stanley cette année.

Certaines équipes ne sont pas encore sorties du bois par contre : les Panthers, les Devils, les Flyers, l’Avalanche, les Ducks et les Blues ont encore du travail à faire pour confirmer leur présence en séries. Mais disons qu’ils seront dans le coup jusqu’à la fin. Et c’est tant mieux pour certaines de ces organisations comme le New Jersey qui ont su se réinventer, faire preuve de créativité et de surprendre tous les experts.

Il ne faut pas oublier non plus les formations qui ont raté leur coup. Certaines sont surprenantes, je pense notamment à Dallas, Ottawa, Calgary, Edmonton et Montréal.

Nous étions en droit de nous attendre à beaucoup mieux, mais pour des raisons propres à chacune de ces organisations, on a raté la danse d’après saison.

Certains déraillements sont plus faciles à évaluer que d’autres. Les Sénateurs, les Oilers et les Canadiens ont coulé surtout en raison d’un manque de constance devant le filet. À Dallas aussi, mais en plus, la majeure partie de la production offensive se limitait au premier trio. Ken Hitchcock risque d’écoper dès la fin de la saison.

Est-ce que le même sort sera réservé à Glen Gulutzan à Calgary? Difficile à dire, mais disons que l’organisation avait pris de bonnes décisions pour améliorer l’équipe en allant chercher notamment Mike Smith.

Il a fait du bon boulot devant la cage, mais les Flames ont la deuxième pire fiche à l’attaque de l'Association de l’Ouest et ils n’ont même pas pu atteindre le seuil de .500 à la maison. Ce genre de statistique est difficile à pardonner à un entraîneur.

Donc, pour plusieurs organisations, la période estivale sera longue et c’est tant mieux pour celles qui se doivent de repartir à zéro.

Mais pour celles qui joueront au-delà des 82 matchs du calendrier régulier, tous les espoirs sont permis et honnêtement, on risque de voir des surprises tant dans l’Est que dans l’Ouest.

À suivre....